Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 1er juillet

Les pouvoirs publics souhaitent encourager les projets de chaleur renouvelable impliquant les citoyens. Energie partagée a obtenu un soutien renforcé de l’Ademe en mai. Un groupe de travail associant la filière des énergies citoyennes, la DGEC et l’Ademe sera lancé le 8 juillet, avec six mois pour faire émerger des propositions concrètes, en particulier sur les soutiens réglementaires et financiers. Energie partagée conduit par ailleurs une étude sur la participation citoyenne dans les grands réseaux de chaleur – les petits, surtout à base de bois, sont un peu plus accessibles ; le réseau coopératif en soutient une dizaine. 

Les projets photovoltaïques citoyens en toitures sont plus compliqués, depuis l’interdiction de cumul des aides par l’arrêté dit 500 kW. Energie partagée espère toujours un nouveau texte, éventuellement inspiré par ou anticipant sur de nouvelles directives européennes en 2023. D’ici là, la note des pouvoirs publics clarifiant ce qui est cumulable et ce qui ne l’est pas reste très attendue par le réseau coopératif, indique Marion Richard, responsable de l’animation nationale.

Suite aux élections des présidents des commissions permanentes à l’Assemblée Nationale, Eric Coquerel (LFI) a pris les rênes de la commission des Finances, Jean-Marc Zulesi (Renaissance) de la commission du Développement durable et de l’aménagement du territoire et Guillaume Kasbarian (Renaissance) de la commission des Affaires économiques.

Les mesures du Paquet Fit for 55 et surtout la directive efficacité énergétique seront « déterminantes » pour l’évolution du dispositif des CEE, souligne Laurent Michel, directeur général de l’énergie et du climat, dans la lettre d’information sur les certificats d’économies d’énergie datée de juin. Il cite notamment les obligations à venir sur la baisse des consommations des bâtiments publics.

Revcoo, spécialiste de la captation du CO2 en sortie de cheminées des sites industriels, annonce avoir levé 3,5 M€ « auprès de Demeter, Kreaxi, Hand Partners, Ventech et Crédit Agricole Création avec le soutien de Bpifrance, Crédit Agricole et Banque Populaire Aura ».

Le programme CEE Advenir lance deux nouvelles primes pour les professionnels des services de l’automobile, avec l’objectif de financer 8 000 points de recharge électrique d’ici fin 2025, pour moitié à destination des flottes et salariés de la filière, pour l’autre moitié ouverts à tout public.

Les ministres de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, et du Travail, Olivier Dussopt, ont lancé le groupe de travail sur la sobriété énergétique dans les entreprises. Les organisations syndicales et fédérations professionnelles doivent au cours de l’été « faire émerger une feuille de route de recommandations simples et opérationnelles, à destination de l’ensemble des entreprises » pour réduire leur consommation d’énergie de 10% d’ici 2 ans.

Est paru au Journal Officiel un arrêté du Président de la République nommant Benoît Faraco conseiller énergie, environnement, transports et agriculture auprès de l’Elysée à la place de Paul Delduc, et Christophe Leininger au poste de conseiller technique énergie à la place de Stanislas Reizine.

Forsee Power et EDF Store & Forecast ont signé un partenariat pour développer des systèmes de stockage stationnaire mobiles avec des packs de batteries de véhicules lourds, de première ou de seconde vie. Forsee Power fournira les batteries qu’EDF Store & Forecast integrera dans ses solutions de stockage. La solution sera aussi déployée sur certains sites industriels de Forsee Power. Une première batterie doit être mise en service cette année. 

CMA CGM et Engie veulent investir dans le projet Salamandre au Havre, pour produire du biométhane à partir de biomasse sèche, dit de deuxième génération. L’objectif est d’en produire 11 000 tonnes par pyrogazéification d’ici 2026, pour un investissement total de 150 M€. Le procédé sera alimenté par les résidus de la filière du bois-déchet et des combustibles solides de récupération. La décision d’investissement doit être prise fin 2022.

Jeudi 30 juin

RGreen Invest est en cours de levée pour un cinquième fonds, InfraGreen V. Il vise 1,2 Md€ d’ici la fin de l’année, pour des projets de transition énergétique en Europe et avec la possibilité d’y investir lourdement en fonds propres.

Enercoop et Envinergy lancent un appel d’offres pour réunir 80 GWh annuels de contrats d’achat d’électricité pour une durée de 20 à 30 ans, fournis par des centrales photovoltaïques et éoliennes neuves de 4 MW minimum approuvés par les CDPenafs.

Enedis recense un million de points de charge de véhicules électriques en France, soit +61% en un an ; 60 000 soit 6% sont accessibles au public. Les zones les plus densément équipées sont l’Ile de France, le bassin méditerranéen, le Nord et la Gironde. 

Meridiam investit 62 M€ pour la construction d’ici 2024, le financement et l’exploitation pendant 20 ans d’une centrale biomasse de 64 MW sur le site de Swiss Krono à Sully-sur-Loire (Loiret). 

Deep Blue Pacific Wind, co-entreprise entre TotalEnergies et l’irlandais Simply Blue Group ont signalé au Bureau of Ocean Energy Management américain leur intérêt pour des parcs éoliens dans trois zones au large de la côte méridionale de l’Oregon.

Amundi annonce le lancement d’un fonds d’obligations vertes finançant notamment les sources d’énergie alternatives et les services publics, les finances, le transport et l’immobilier. Il s’appellera Amundi Funds Euro Corporate Short Term Green Bond. Le montant recherché n’est pas communiqué.

Le décret sur les conventions sans frais entre les opérateurs d‘infrastructures de recharge pour véhicules électriques et les copropriétaires est paru au Journal officiel.

Mercredi 29 juin

Lors du G7, Emmanuel Macron a dénoncé à nouveau la règle du prix marginal du marché de l’électricité, l’estimant « absurde », particulièrement en période d’envolée des cours du gaz, entraînant avec eux ceux de l’électricité. Et de proposer à nouveau une réforme du marché. Le président de la République a par ailleurs évoqué la possibilité de taxer les surprofits des producteurs d’énergies renouvelables vendant directement sur le marché. 

“L’ordre du jour de la session extraordinaire du Parlement en juillet a été publié au Journal officiel ce matin. Le projet de loi d’urgence pour les énergies renouvelables n’y figure pas”, signale dans un tweet Arnaud Gossement, avocat spécialiste de l’environnement. 

Le conseil des ministres de l’environnement de l’UE a défini son orientation sur, entre autres, la réforme du système d’échange des quotas d’émissions (ETS) et la taxe carbone aux frontières, qu’il veut faire entrer en vigueur en 2026 mais à un rythme plus lent que prévu. Parmi ses propositions figure l’inclusion du transport maritime dans l’ETS et la création d’un deuxième ETS pour les émissions du bâtiment et du transport routier.

Un médiateur de l’hydroélectricité est mis en place sous forme expérimentale en Occitanie, pour trouver des  “solutions amiables aux difficultés ou désaccords rencontrés par les porteurs de projets ou exploitants d’installations hydroélectriques”. Le décret paru au Journal officiel précise aussi les modalités d’actualisation du portail national de l’hydroélectricité.

L’opérateur de rénovation énergétique Hellio demande à son tour une hausse du volume de certificats d’économies d’énergie à produire entre 2022 et 2026. Il préconise que la cible actuelle de 2 500 TWh cumac soit doublée voire triplée, en conservant une même proportion d’aides pour les ménages pauvres. Pour le moment, les pouvoirs publics réfléchiraient à une hausse immédiate autour de 400 TWhc, un niveau insuffisant pour redresser les cours et les aides, estiment les intermédiaires spécialisés. Cette augmentation porterait sur les CEE destinés aux ménages en situation de précarité et pourrait être effective cet été.

Elogen annonce la signature d’une lettre d’intention « non contraignante » pour fournir sur la période 2023-2026 au canadien Charbone jusqu’à 100 MW d’électrolyseurs destinés à la production d’hydrogène en Amérique du Nord. Cette annonce reste à confirmer d’ici au 30 novembre par la signature d’un contrat-cadre d’approvisionnement.

Est paru au Journal Officiel un arrêté accordant pour cinq ans à la société Lithium de France, qui développe des projets géothermiques combinés avec l’extraction de lithium, un permis exclusif de recherche de gîtes géothermiques dans une zone de 171 km carrés du département du Bas-Rhin.

Le cahier des charges de l’appel à projets n°10 « Concours d’innovation i-Nov » de France 2030, a été approuvé par un arrêté paru au Journal Officiel aujourd’hui. 

Mardi 28 juin

« Je suis d’une extrême prudence sur l’agrivoltaïsme. Les projets doivent se faire doucement, dans la concertation. S’il s’agit de mettre du photovoltaïque sur les terres céréalières, l’agrivoltaïsme ne sera pas accepté. Nous devons aussi veiller à ne pas créer des distorsions complètes au sein du monde agricole, certains exploitants devenant des rentiers », a indiqué Daniel Bour, président d’Enerplan et de la Générale du Solaire, à l’occasion de la présentation d’une étude.

La Métropole de Lyon a adopté un plan solaire. Elle va mettre du foncier à disposition de tiers-investisseurs via des appels à projets. Un premier vient d’être lancé pour équiper 11 collèges, d’autres suivront en 2022. Le Grand Lyon prévoit aussi d’investir en propre dans des projets d’autoconsommation – une centrale sur une station d’épuration est déjà prévue – et de réaliser des études d’opportunité pour le solaire thermique.

La Banque européenne d’investissement accorde un financement de 210 M€ pour les démonstrateurs éoliens flottants français en Méditerranée : 85 M€ pour EolMed et 75 M€ pour Les Eoliennes flottantes du Golfe du Lion via le fonds européen pour les investissements stratégiques Feis, et un prêt de 50 M€ pour Provence Grand Large.

Le projet d’usine photovoltaïque de REC Solar à Sarreguemines en Lorraine ne serait pas abandonné, même si la décision finale d’investissement n’a pas été prise. Le nouveau propriétaire indien Reliance se concentrerait pour l’instant sur son marché domestique mais compterait aussi profiter de l’essor du solaire en Europe, entre autres.

Arkolia Énergies et Lendosphere lancent un financement participatif pour un programme de 300 MWc d’énergie renouvelable, entre 2022 et 2024. Il comprend plus de 2 200 centrales photovoltaïques en toiture et au sol ainsi qu’un parc éolien. Objectif de la campagne : collecter 1,5 M€, déplafonné jusqu’à 5 M€ en fonction de la dynamique de collecte, sur un total de 300 M€ de projets.

Le deuxième panorama du BioGNV publié par l’Association française du gaz naturel pour véhicules (AFGNV), dénombre plus de 15 000 poids lourds et bus roulant au BioGNV/GNV et 255 points d’avitaillement BioGNV/GNV ouverts au public en France, fin 2021, soit 40% de plus qu’en 2020. Avec un rythme de deux ouvertures de stations par semaine, les objectifs de la PPE qui visaient 140 stations en 2025 et 330 en 2028, sont dépassés.

Le Drive Tout Nu, enseigne de distribution qui propose une gamme de produits éco-responsables et un drive 0 déchets, a bouclé une deuxième levée de fonds de 5 M€. La start-up accueille deux nouveaux investisseurs, Maif Impact et One Création Coopérative, et a réuni ses partenaires historiques Makesense Seed I, Colam Impact, France Active Investissement et la Fondation Carasso (Quadia).

Lundi 27 juin

Le conseil des ministres européens de l’Energie a défini son orientation sur la réforme des directives énergies renouvelables (REDII) et efficacité énergétique (EED). Il propose, entre autres, de porter à 40% la part d’EnR dans le mix énergétique des États membres d’ici 2030 (contre 32% prévus actuellement) et de réduire de 39% leur consommation d’énergie primaire, ce qui inclut les dépenses dans la production et le transport. Des négociations vont s’ouvrir avec le Parlement pour élaborer le texte final. 

La Commission européenne présentera dans le courant du mois de juillet un plan de réduction de la demande d’énergie des 27. Les propositions relatives à la réforme des marchés de l’électricité et du gaz seront déposées après l’été.

Le conseil d’administration de l’ATEE a élu comme président Nicolas Fondraz, directeur des affaires institutionnelles de TotalEnergies à partir du 1er juillet 2022. Il sera épaulé par Christine Delamarre, directrice  financement de projet au Crédit Agricole Leasing & Factoring, en tant que trésorière, et Daniel Cappe, le vice-président.

Le Danemark veut produire 50 TWh d’électricité avec du solaire et de l’éolien terrestre en 2030, contre 12 TWh en 2021. Le pays compte aussi développer 4 GW supplémentaires d’éolien en mer, pour une capacité totale en 2030 de 12,9 GW. Autres objectifs : tout le gaz consommé devra être renouvelable d’ici 2030 et aucune maison ne sera chauffée au gaz en 2035.

Voltalia développe un nouveau parc photovoltaïque de 1,5 GW dans l’état de Minas Gerais, au Brésil. Avant la construction, une partie des sites solaires sera rachetée par la branche brésilienne du groupe chinois China Three Gorges, active dans l’hydroélectricité et dans l’éolien.

Engie s’est vu infliger par la CRE une amende de 80 000 € pour ne pas avoir respecté l’article 3 du Règlement de l’UE relatif à l’intégrité et la transparence du marché de gros de l’énergie.

La FNCCR a déposé auprès du gouvernement une série de propositions face à la crise énergétique. La fédération des régies préconise de conforter le bouclier tarifaire pour l’ensemble des Français avec la garantie d’un maintien minimal d’une alimentation en électricité tout au long de l’année et pas uniquement pour la période hivernale. Pour les territoires, la FNCCR prône un retour au tarif réglementé de vente pour toutes les collectivités, un développement ambitieux des énergies renouvelables et appelle à une réforme du marché de l’énergie plus favorable aux atouts du mix énergétique national.

Le conseil d’administration de l’ATEE a élu comme président Nicolas Fondraz, directeur des affaires institutionnelles de TotalEnergies, à partir du 1er juillet 2022. Il sera épaulé par Christine Delamarre, directrice  financement de projets au Crédit Agricole Leasing & Factoring, en tant que trésorière, et Daniel Cappe, vice-président.

La Métropole de Lyon a adopté un plan solaire. Elle va mettre du foncier à disposition de tiers-investisseurs via des appels à projets. Un premier vient d’être lancé pour équiper 11 collèges, d’autres suivront en 2022. Le Grand Lyon prévoit aussi d’investir en propre dans des projets d’autoconsommation – une centrale sur une station d’épuration est déjà prévue – et de réaliser des études d’opportunité pour le solaire thermique.

La Banque européenne d’investissement accorde un financement de 210 M€ pour les démonstrateurs éoliens flottants français en Méditerranée : 85 M€ pour EolMed et 75 M€ pour Les Eoliennes flottantes du Golfe du Lion via le fonds européen pour les investissements stratégiques Feis, et un prêt de 50 M€ pour Provence Grand Large.

Le projet d’usine photovoltaïque de REC Solar à Sarreguemines en Lorraine ne serait pas abandonné, même si la décision finale d’investissement n’a pas été prise. Le nouveau propriétaire indien Reliance se concentrerait pour l’instant sur son marché domestique mais compterait aussi profiter de l’essor du solaire en Europe, entre autres.

Arkolia Énergies et Lendosphere lancent un financement participatif pour un programme de 300 MWc d’énergie renouvelable, entre 2022 et 2024. Il comprend plus de 2 200 centrales photovoltaïques en toiture et au sol ainsi qu’un parc éolien. Objectif de la campagne : collecter 1,5 M€, déplafonné jusqu’à 5 M€ en fonction de la dynamique de collecte, sur un total de 300 M€ de projets.

Le deuxième panorama du BioGNV publié par l’Association française du gaz naturel pour véhicules (AFGNV), dénombre plus de 15 000 poids lourds et bus roulant au BioGNV/GNV et 255 points d’avitaillement BioGNV/GNV ouverts au public en France, fin 2021, soit 40% de plus qu’en 2020. Avec un rythme de deux ouvertures de stations par semaine, les objectifs de la PPE qui visaient 140 stations en 2025 et 330 en 2028, sont dépassés.

 

Article précédentAir Liquide et Siemens Energy associés dans la fabrication d’électrolyseurs
Article suivantFrance Chaleur Urbaine, une « start-up d’Etat » pour les réseaux de chaleur