Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 12 juillet

Les territoires s’invitent pour de bon dans le débat sur le renouvellement ou non des grandes concessions hydroélectriques, voire leur suppression. Les Hautes-Alpes se portent officiellement candidates à la gestion des barrages de l’Etat exploités par EDF. Elles souhaitent mettre en place des sociétés d’économie mixte (Sem) associant aussi des énergéticiens. Ces Sem visent à mieux défendre les intérêts du territoire de production face à ceux des lieux de consommation d’eau et d’électricité, notamment la Provence.

Le transport au gaz et au biogaz veut mieux mettre en avant ses atouts environnementaux. L’Association française du gaz (AFG) et celle dédiée à la mobilité gaz (AFGNV) ont commandé une étude à l’Ifpen sur l’analyse comparée du cycle de vie des véhicules thermiques à essence, diesel, gaz, biogaz et des véhicules électriques. Elle sera présentée le 20 septembre.

GE Renewable Energy présentera le 22 juillet la nacelle de son prototype de méga-éolienne Haliade-X 12MW, construite dans l’ex usine d’Alstom à Saint-Nazaire et qui doit être testée ensuite à Rotterdam.

Et de deux pour Vattenfall à Kust Zuid, une zone de développement éolien marin posé où le gouvernement néerlandais a supprimé toute subvention. L’énergéticien public suédois remporte les tranches III et IV de l’appel d’offres, après les deux premières en septembre 2018. Il devrait installer une capacité totale de 1,5 GW.

Simon-Hermann Wobben a démissionné de ses fonctions de directeur général d’Enercon « pour des raisons personnelles », indique la compagnie. Il était le neveu du fondateur du turbinier allemand, Aloys Wobben, qui a pris sa retraite le 1er octobre 2012. Désormais, plus aucun membre de la famille fondatrice n’exerce de responsabilités dans l’entreprise.

Jeudi 11 juillet

Nicole Klein, directrice de cabinet de François de Rugy, a démissionné ce matin de son poste, « à la demande du ministre », suite aux révélations de Mediapart sur le logement social dont elle bénéficie depuis 2001 à Paris alors qu’elle travaillait en province entre 2006 et 2018. Le ministre de la Transition écologique et solidaire est lui-même pris dans une tornade médiatique, suite aux révélations d’importantes dépenses de rénovation (63 000€, dont 17 000€ pour un dressing) des appartements du ministre à l’Hôtel de Roquelaure, ainsi que des dîners luxueux, et selon Mediapart à caractère privé, à l’hôtel de Lassay lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale. Il a décidé de rester, pour l’instant, à son poste.

La loi d’orientation des mobilités (LOM) retourne à l’Assemblée nationale, après l’échec des compromis avec le Sénat en commission mixte paritaire. Elle sera adoptée au mieux en septembre. Le nouveau tour donne l’occasion aux promoteurs de la mobilité propre ou moins polluante de ressusciter des amendements écartés.

Recharge électrique, ravitaillement en biogaz, approvisionnement en hydrogène : la future station-service de la CNR au port de Lyon coche les trois cases du transport routier peu polluant. Localisée à l’entrée de la ville, dans le septième arrondissement et développée en partenariat avec GNVert (Engie) et McPhy, elle proposera à partir de la fin de l’année 6 points de recharge : deux pour les véhicules électriques en électricité 100% renouvelable de la CNR (en 50 kW et en 350 kW, ultra-rapide), deux pour le gaz et deux autres à hydrogène, avec une capacité de 80 kg à 350 bars.

Eccity Lease, filiale du fabricant de scooters électriques Eccity Motocycles, lève 1 M€ fourni par la Banque des Territoires. Basé à Grasse (Alpes-Maritimes), Eccity propose des scooters de catégories 50 et 125 cm3 loués à partir de 149€/mois avec assurance et entretien.

Le Comité national de l’agriculture biologique (Cnab) autorise les serres chauffées mais seulement avec des énergies renouvelables, à partir de 2020 et pour les installations neuves. Celles en service doivent se convertir d’ici 2025. Parmi les solutions, le film photovoltaïque organique, par exemple celui d’Armor qui vient d’équiper les serres Olivier en Loire-Atlantique, avec Eiffage Énergie Système.

Deinove bénéficie d’une enveloppe de 15 M€ en obligations convertibles du fonds European Select Growth Opportunities de l’australien L1 Capital et tire 2 M€ pour commencer. Les fonds sont destinés à renforcer l’offre à l’industrie et à démarrer un essai clinique pour un antibiotique aux Etats-Unis. Deinove travaille sur des médicaments, composants cosmétiques ou nutritionnels produits par des bactéries.

Microphyt lève pas moins de 28,5 M€ auprès de Sofinnova Partners et Bpifrance via son fonds SPI géré dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir, accompagnés par Ixo-Private Equity, Sofilaro et les actionnaires historiques : Supernova Invest, Demeter Partners et Irdi Soridec. Mycrophyt est un pionnier de l’utilisation de microalgues pour la nutrition et les cosmétiques.

Mercredi 10 juillet

[Exclusif] Mascara Nouvelles Technologies lève 2,2 M€ pour financer le développement de ses solutions écologiques de dessalement d’eau de mer et accélérer ses ventes à l’international. Sofimac Régions et Go Capital mènent le tour de table auquel ont également souscrit le fonds d’impact Gaia et la fondation Famae. Fondée en 2014 par Marc Vergnet, la société conçoit, produit et installe des équipements permettant de produire de l’eau douce à un prix présenté comme très compétitif, dans des zones arides disposant de gisements solaires importants et réguliers.    

Pascal Canfin a été élu président de la commission Environnement du Parlement européen.

L’Ademe et le cabinet de conseil Carbone 4 publient une étude pour accompagner les acteurs du bâtiment dans leur démarche de neutralité carbone d’ici à 2050.

Le marché européen du solaire thermique a été en croissance de 8,4%, en 2018 selon le dernier baromètre publié par Eur’Observer. Plus de 2,2 millions de mètres carrés de panneaux ont été installés l’année dernière, portant le parc de l’UE à plus de 53 millions de mètres carrés.

Le groupe pétrolier chinois CNOOC (China National Offshore Oil Corporation) aurait trouvé un accord de coopération avec l’électricien Shanghai Electric pour développer ensemble des projets éoliens en mer.

Mardi 9 juillet

Un amendement adopté aujourd’hui à une large majorité – y compris les associations de consommateurs – par le Conseil supérieur de l’énergie (CSE) limite à 1 830 TWh cumac le volume de certificats d’économies d’énergie à collecter en quatre ans, au lieu des 2 133 TWh prévus par le gouvernement. Ce qui limiterait la collecte annuelle à 458 TWhc en moyenne au lieu de 533 TWhc. « Nous sommes heureux de constater la convergence de nombreux acteurs sur les volumes de CEE et leur impact sur la facture énergétique des ménages », commente Mathias Laffont, directeur économie, mobilité et bâtiment à l’Union française de l’électricité. L’avis du CSE n’est qu’indicatif mais l’opposition qui s’y manifeste ne peut que faire réfléchir l’exécutif. Le projet de décret sur l’extension de la 4e période et son volume de collecte devrait rejoindre le Conseil d’État pendant l’été ; le décret pourrait être pris à la fin de l’automne.

Le fonds infrastructures EnR de Mirova acquiert 90% du capital de quatre centrales de petite et moyenne hydroélectricité au Portugal, sur 33 MW et auprès de RP Global qui conserve 10% et l’exploitation. En 2016, le fonds Eurofideme 3 de Mirova avait pris 51% dans 77 MW d’actifs éoliens croates du développeur d’origine autrichienne.

Interrogé ce jour en marge de la conférence consacrée au biométhane de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), sur l’opportunité d’une nouvelle rénégociation des tarifs de l’électricité produite par les projets éoliens en mer français attribués en 2012 et 2014, Jean-François Carenco, président de la CRE, estime qu’une remise en cause « relancerait 10 années de procédures » et que les prix obtenus sont « raisonnables ».

L’énergéticien suédois Vattenfall et son compatriote Echandia Marine, spécialiste de la propulsion électrique des ferries, ont développé une nouvelle solution de recharge ultra-rapide. Elle a été installée sur le ferry E/S Movitz, en exploitation à Stockholm, dont les batteries peuvent être complètement chargées en dix minutes avec une puissance pouvant atteindre 500 kW, selon un communiqué.

Anna Colucci a pris ses fonctions de Directrice des marchés énergie et environnement à la Direction générale de la Concurrence de la Commission européenne. Elle travaillait auparavant à la DG Energie, où elle s’occupait des marchés de détail charbon et pétrole.

Lundi 8 juillet

La Chambre de commerce et d’industrie de l’Essonne crée un baromètre de la transition énergétique, le premier du genre à l’échelle d’un département. Il est composé d’une quinzaine d’indicateurs, sur la production et l’efficacité énergétique, le CO2, l’artificialisation des sols, l’agriculture bio, le nombre d’artisans RGE… Avec 61% des consommations, le secteur résidentiel est de loin le plus énergivore dans ce territoire francilien, loin devant le transport, le tertiaire puis l’industrie.

EDF Renouvelables et Total Eren signent en Inde des contrats de vente d’électricité de 25 ans pour 716 MW solaires. Ils comprennent quatre projets remportés par leur co-entreprise Eden Renewables India auprès de l’agence gouvernementale fédérale Seci (Solar energy corporation of India) dans le Rajasthan et le gestionnaire du réseau local UPPCL (Uttar Pradesh power corporation ) dans l’Uttar Pradesh.

Aline Schwartz prend le poste de responsable de la stratégie et de la communication du syndicat professionnel Enerplan. Diplômée en droit et études européennes de l’Université de Strasbourg, elle a occupé plusieurs postes de responsable de la communication et des affaires publiques dans des entreprises comme Danone, les Galeries Lafayette ou encore l’association France Invest.

Fabricant alsacien de matériel de distribution et de commande électrique, Socomec crée un centre pour l’innovation dédié au stockage, à l’autoconsommation tertiaire et industrielle et aux réseaux intelligents. Il devrait regrouper 300 collaborateurs, pour une entreprise qui en compte 3 600. 

ParkingMap réussit une levée de 2,5 M€ auprès de la Banque des Territoires, du fonds Fa Dièse et de son actionnaire historique Caravelle. Cette start-up parisienne d’optimisation du stationnement compte améliorer ses processus commerciaux et renforcer sa R&D.