Eolien en mer : comment EDF a eu la meilleure note à Dunkerque

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Anne-Claire Poirier)

Comment EDF Renouvelables a-t-il remporté l’appel d’offres pour le parc éolien en mer de Dunkerque ? Des éléments de réponse ont été fournis par la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui a publié des informations sur le processus de décision (version originelle ci-dessous).

Un tarif de 44€/MWh

Huit groupements étaient candidats et aucun n’a été éliminé. Tous ont été notés sur 100 points, dont 80 sur le critère prix (70 points pour le tarif proposé et 10 points pour la solidité du montage contractuel et financier). C’est ce critère prix qui a fait pencher la balance vers EDF. L’électricien tricolore a proposé ...

un tarif de 44€/MWh, soit le tarif le plus bas parmi des offres comprises entre 44 et 60,95€/MWh (pour des coûts d’exploitation de l’ordre de 20€/MWh indiqués par les candidats). EDF a obtenu la meilleure note sur ce critère prépondérant. Le consortium a même évalué qu’il « reverserait à l’Etat 1,5 Md€ courants pendant les 20 ans de son contrat », selon le document de la CRE.

Pour le reste, les offres étaient assez proches sur différents critères : des turbines de puissance comprise entre 12 et 13 MW ; des fondations de type monopieux ; un nombre maximum d’éoliennes entre 44 et 46. Au final, les offres présentaient des puissances pour le parc complet comprises entre 552 et 598 MW. Avec des productibles entre 3950 et 4150 heures équivalent pleine puissance.

21,5 à 100% sur fonds propres

Au final, la plus grande différence entre les candidats tient à la durée de vie prévue pour le parc : 35 ans pour l’un d’entre eux, 30 ans pour cinq autres et seulement 25 ans pour les deux derniers candidats (avec un contrat de complément de rémunération sur 20 ans). Autre différence notable : l’emprise au sol maximale comprise entre 36,94 et 50 km² selon les offres. Ainsi que des éléments financiers, par exemple une part des fonds propres comprise entre 21,5 et 100% du montant de l’investissement.

La CRE n’a pas dévoilé le détail de toutes les offres, seulement quelques éléments sur celle du vainqueur EDF : une emprise maximale de 50 km² ; un éloignement minimal de la côte de 11,4 km ; un nombre maximal de 46 éoliennes ; un montant de 40 M€ alloué aux mesures et au suivi environnementaux du projet. Toutes ces dispositions ont valu à EDF le maximum de points attribuables sur les critères en dehors du critère prix. Résultat : EDF a fini premier avec une note de 65,78 sur 100. Il a manqué 3 points au candidat classé deuxième pour finir en tête.

  • Lisez ci-dessous la synthèse publiée par la CRE (ou ici en PDF)