Exclusif : Plus de 1,1 milliard d’euros de deals cleantech dans le monde au 1er trimestre 2009

Print Friendly, PDF & Email

Eblouis par le soleil

N’y aurait-il de salut que dans le solaire ? La liste des 10 principaux deals (levées de fonds et fusions-acquisitions) du 1er trimestre à l’international et des 5 plus importants en France dans les cleantech, recensés par GreenUnivers, montre la suprématie incontestée du secteur. Le solaire réalise un double record : le plus grand nombre de transactions et le plus de fonds injectés.

A l’étranger, c’est aux Etats-Unis et plus précisément en Californie que tout semble se jouer. C’est non seulement le reflet du bouillonnement des start-up et des fonds de capital-risque de la Silicon Valley, devenue une Green Valley, mais aussi un reflet de la crise. Car le trimestre a vu un tourbillon de concentration chez les jeunes acteurs du solaire, les plus solides avalant les plus fragiles, ceux qui ont voulu grandir trop vite et se sont retrouvés en panne de financements.

C’est le cas pour l’opération phare du trimestre, First Solar, premier fabricant américain de cellules solaires – et 4e mondial – qui se développe dans l’installation de centrales solaires en rachetant la trop ambitieuse OptiSolar et ses projets pharaoniques en Californie.

Ces rachats se sont souvent produits entre acteurs américains, avec plusieurs deals à peine plus petits. Mais un groupe européen a aussi saisi l’aubaine : l’espagnol Fotowatio – que soutient le géant américain General Electric – a mis la main sur le projets du développeur solaire américain MMA Renewable Ventures pour (seulement) 19,7 millions de dollars.

Le solaire intéresse aussi les Japonais. En témoigne l’audacieuse manœuvre de Mitsubishi, qui cherche son salut dans le solaire – comme beaucoup de conglomérats de l’archipel – et se lance dans le rachat partiel de la plus grosse centrale solaire photovoltaïque active du monde, installée au Portugal.

Ce trimestre est aussi celui des voitures électriques, qui risquent d’arriver sur nos routes bien plus vite qu’on le croit. Plus que les voitures elles-mêmes, les investisseurs s’intéressent à ce qui fera ou non leur succès : les lieux où les charger et les performances de leurs batteries. D’où les fonds importants levés par le fabricant de batteries Boston Power et le gros financement obtenu par la société américaine Better Place au Danemark.

L’Europe du Nord est la plus active en Europe depuis début janvier : la région a bénéficié d’une bousculade mondiale dans la production de silicium, avec la grosse levée de fonds du fabricant norvégien NorSun, qui produit des plaquettes de silicium (ensuite transformées en cellules solaires). C’est là aussi que le petit producteur norvégien de voitures électriques Think a réussi à lever quelques millions de dollars et est reparti à l’assaut du marché mondial, après avoir frôlé la faillite. Et le néerlandais BioMCN (biocarburants) a obtenu assez de fonds pour accélérer.

Moins en pointe, d’autres secteurs affichent néanmoins de beaux investissements. L’éolien d’abord, avec quelques grosses levés de fonds chez des fabricants (encore américains) de pièces pour éoliennes comme Fallbrook Technologies, un spécialiste des roulements à billes qui a levé 25,4 millions de dollars, ou encore le fabricant de pales TPI Composites qui a glané 20 millions de dollars. Le développeur de parcs Invenergy a de son côté obtenu 30 millions.

Dans les technologies plus innovantes, l’américain Ze-gen, qui produit du gaz synthétique (un mélange de monoxyde de carbone et d’hydrogène) à partir de déchets de construction, a levé 20 millions apportés notamment par le sultanat d’Oman. Et le fabricant de verre intelligent qui s’obscurcit à la demande, Sage a levé le même montant.

A noter aussi le succès de Silver Spring, l’un des champions des compteurs intelligents, secteur très en vogue, qui a obtenu 15 millions de dollars, et encore une rallonge cette semaine du nouveau fonds « vert » de Google.

Et la France ? Là non plus, la crise n’a pas arrêté les transactions, même si les montants sur les opérations recensées par GreenUnivers sont assez modestes. Dix levées de fonds et fusions-acquisitions ont eu lieu au cours de ce premier trimestre pour un total qui dépasse les 14 millions d’euros, sachant que certains montants restent confidentiels.

Pas d’exception française dans les cleantech : le solaire se taille la part du lion aussi. Sur les cinq plus gros deals, il concentre les trois premiers. Le champion du trimestre est une start-up prometteuse Exosun, créée en 2007 à Martillac, en Gironde. Elle vient de lever 4,5 millions d’euros auprès de Crédit Agricole Private Equity. Elle est spécialisée dans les centrales solaires équipées d’un dispositif de tracking, qui permet aux panneaux de suivre la course du soleil tout au long de la journée et améliore le rendement des centrales.

En deuxième position, Frey Nouvelles Energies, installée à Reims (Marne), a déboursé 3 millions d’euros pour entrer au capital de ReWatt, un constructeur et exploitant de centrales photovoltaïques dans les Dom-Tom et les pays émergents.

Le deuxième secteur qui a attiré le plus de fonds est le recyclage, avec trois opérations sur les dix du trimestre. La plus importante est réalisée par la société du Vaucluse, Pellenc Selective Technologies, qui a levé 1,2 million d’euros. Le groupe indépendant francilien Paprec a de son côté mis la main sur la société bordelaise Acoor Environnement pour un montant non divulgué.

logogutribune2

1
2
3
4
Article précédentL’éolien offshore met le turbo
Article suivantLe plus gros van électrique + une camionnette électrique Ford débarquent aux USA

Comments are closed.