Google déboule en grand dans les cleantech

Print Friendly, PDF & Email

google-ventures

Le géant d’internet Google, qui jusqu’ici a investi dans quelques start-up des cleantech via sa fondation Google.org, passe à la vitesse supérieure, dans les règles de l’art : il créé un fonds d’investissement de 100 millions de dollars, baptisé Google Ventures.

Son but : investir 100 millions de dollars dans les cleantech en seulement 12 mois.

Son tout premier investissement est allé dans l’un de ses secteurs de prédilection, les compteurs électriques intelligents (smartgrid), en finançant l’une des start-up américaines les plus populaires du secteur, Silver Spring Networks. Une information du New York Times qu’a confirmée la société, mais en révéler le montant.

Silver Spring produit des cartes réseau qui s’intègrent aux compteurs, lesquels peuvent ainsi envoyer sans fils des relevés de consommation aux compagnies d’électricité, qui, en retour envoyent à leurs clients des informations sur leurs différents tarifs, avec la possibilité de gérer ces données sur internet.

Silver Spring a déjà levé près de 160 millions de dollars et est épaulé par les plus grands fonds californiens, dont Kleiner Perkins, « le » fonds vert américain.

Et la jeune société n’a même plus besoin d’argent : elle a conclu des contrats pharamineux pour raccorder 5 millions de clients de la compagnie californienne d’électricité PG&E, qui l’a choisie comme principal fournisseur, ainsi que 4,5 millions de clients de la compagnie de Floride FPL (Florida Power & Light) et 1,9 million de clients de la compagnie Pepco.

Silver Spring est un choix logique pour Google, qui lui aussi s’intéresse aux compteurs intelligents : il vient de sortir un logiciel baptisé PowerMeter pour gérer leur consommation électrique.

Google a déjà investi dans le solaire, dans des groupes comme eSolar, brillant développeur de solaire thermique, ainsi que dans sa rivale BrightSource, dans des sociétés éoliennes innovantes comme Makani Power ou encore dans la géothermie avec AltaRock. Et les fondateurs du groupe, Sergeï Brin et Larry Page, ont investi leur propre argent dans des start-up comme Nanosolar ou encore le constructeur de voitures de sport électriques Tesla Motors. Ils estiment possible de débarasser l’Amérique du pétrole.

Avec son nouveau fonds Google Ventures, le groupe explique vouloir investir à tous les stades, depuis des sociétés naissantes jusqu’à des levées de fonds matures. Et il lance un appel à candidatures : il suffit de lui envoyer un email, avec une courte présentation (maximum 10 fiches ou 3 pages)…