Deals du 16 au 23 février 2009: de l’eau aux batteries, l’espoir (et l’argent) afflue

Print Friendly, PDF & Email

Eolien

Offshore en Grande-Bretagne: le Crown Estate, qui gère les biens de la Couronne britannique (propriétaire des droits des eaux côtières du pays) a choisi 10 projets de 9 entreprises pour l’installation de parcs éoliens off shore aux larges de l’Ecosse, qui doivent produire 6 GW. Parmi elles E.ON, Airtricity, et Scottish Power, qui devront encore obtenir diverses autorisations qui prendront encore au moins un an. Le plus gros projet est celui de Scottish Power, filiale de l’espagnol Iberdrola : l’Argyll Array, au large de l’île de Tiree, qui doit produire 1,5 GW. Reste à voir si les financements suivront dans cette période difficile pour les projets éoliens. BP ET Shell ont eux quitté le marché éolien britannique.

Eoliennes géantes : American Superconductor Corporation (AMSC) a annoncé un projet de développement d’éoliennes géantes de 10 MW en coopération avec le Département américain de l’Energie, avec une technologie qui réduirait de moitié le poids de ces éoliennes par rapport aux éoliennes classiques. Il vise notamment le marché des futurs parcs offshore britanniques.

Offshore au Portugal : La compagnie d’électricité portugaise EDP, 4ème producteur mondial d’énergie éolienne, a conclu un accord avec la société américaine Principle Power pour développer ensemble des éoliennes flottantes au large de ses côtes, où les fonds dépassent 50 mètres de profondeur, sur le principe des plates-formes flottantes de Principle, les « WindFloat ». EDP continue à miser sur l’éolien : le groupe portugais déjà acquis en octobre deux groupes éoliens rou0mains détenant plus de 736 MW de projets éoliens en Roumanie pour 8.4 millions de dollars. Et en juillet dernier il a racheté à Goldman Sachs pour 2,7 milliards de dollars l’ américaine Horizon Wind Energy, qui a développé 1 GW d’éoliennes aux Etats-Unis et au Costa Rica. Ces derniers mois il s’est lancé dans la production d’énergie à partir des vagues (houlomotrice) en installant des bouées Pelamis .

Gros financement pour la société éolienne américaine Invenergy Wind, l’un des 5 premiers développeurs de parcs éoliens aux Etats-Unis avec 2 GW de capacité,  a réussi à lever 30 millions de dollars en obligations convertibles auprès de la société d’investissement Leaf Clean Energy Company. Invenergy se développe aussi en Europe.

Des bateaux aux éoliennes : Irwin L. Jacobs, le PDG du célèbre fabricant de bateaux Genmar Holdings, s’est allié avec le milliardaire américain T. Boone Pickens pour fabriquer des pales d’éoliennes en fibre de verre de 45 mètre de long, au sein de VEC Technology, détenue à 92% par Genmar, indique la presse de Minneapolis.

BMW étudie la force du vent pour poser d’éventuelles éoliennes dans son usine américaine de Caroline du Sud.