Coup de frein pour les investissements verts dans le monde

Print Friendly, PDF & Email

L’année 2012 sera-t-elle aussi généreuse que 2011 pour les investissements verts ? Selon le Pew Charitable Trust, 263 Mds$ (202 Mds€) ont été investis dans les cleantech dans le monde en 2011, en augmentation de 6,5 % par rapport à 2010. Pourtant, 2012 risque de ne pas connaître le même destin à en juger par les chiffres du premier trimestre publiés par Bloomberg New Energy Finance (BNEF) : 27 Mds$ (20,7 Mds€), en recul de 28 % par rapport au dernier trimestre 2011 et de 22 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Ces résultats confirment le ralentissement constaté dans les investissements dans les start-up françaises de l’Observatoire de GreenUnivers ainsi que par le Cleantech Group, qui annonce pour le premier trimestre 2012  un recul de 31 % des investissements dans les jeunes sociétés par rapport à l’année précédente.

Pew : 2011 galvanisée par la baisse des prix dans le solaire

En 2011, les Etats-Unis ont repris la première place pour les investissements dans les énergies vertes, avec 48 Mds$ (36,7 Mds€), selon le Pew Charitable Trust, qui compare les investissements dans les énergies propres dans les pays du G20. Les Etats-Unis avaient été relégués à la troisième place en 2010, derrière la Chine et l’Allemagne. Cette vigueur retrouvée serait due à la course des investisseurs pour profiter des aides gouvernementales dans le solaire et l’éolien avant qu’elles ne touchent à leur fin probablement cette année.

La Chine, qui a installé 20 GW de capacité éolienne en 2011, se place désormais deuxième de ce classement avec 28 Mds$ (21,4 Mds€) d’investissements. L’Allemagne, deuxième en 2010, prend la troisième position avec 30,6 Mds$ (23,4 Mds€).

Malgré la crise générale et le nombreuses faillites (l’enfant prodige du solaire américain Solyndra, l’allemand SolarMillennium ou son compatriote et vétéran du secteur Solon…), le solaire a vu ses investissements augmenter de 44 % en 2011, pour atteindre 128 Mds$ (98 Mds€). Un score dû à la baisse des prix des panneaux dans le photovoltaïque de 40 % durant l’année, et de 75 % sur trois ans. Pourtant, en termes de capacités installées, le solaire n’a représenté que 30 GW installés en 2011 alors que l’éolien a vu ses capacités augmenter de 43 GW.

La France, qui depuis 2010 est souvent considérée comme le cancre des pays européens au niveau de sa politiques sur les énergies renouvelables, se place cinquième cette année avec un investissement total de 5 Mds$ (3,8 Mds€) qui représente une augmentation de 36 % par rapport à l’année précédente. Plus de 80 % de la croissance des investissements en France ont été réalisés dans le solaire qui a récolté 4,4 Mds$.

BNEF : un mauvais début d’année 2012

Selon l’étude de BNEF, le premier trimestre 2012 n’est pas « désastreux » mais il est le pire pour les investissements verts depuis le 1er trimestre 2009, en pleine crise financière mondiale. La situation s’explique notamment par l’instabilité et le manque de visibilité sur les aides au développement des énergies propres en Europe et aux Etats-Unis.

Malgré la baisse importante des prix dans le solaire et l’éolien, qui devrait être plutôt une incitation à leur développement, le climat pour les investissements reste difficile car les « gouvernements continuent d’esquiver les décisions nécessaires pour développer ces marchés » selon Michael Liebreich, directeur général de BNEF. En Espagne, en Italie, en Allemagne, au Royaume-Uni ou en Pologne, les bouleversements dans les cadres réglementaires impactent la confiance des investisseurs et peuvent prolonger le ralentissement des marchés.

Dans ce contexte difficile, le capital risque résiste et enregistre même une augmentation de 6 % par rapport au 1er trimestre 2011 avec 1,9 Mds$ (1,45 Mds€), mais une baisse de 2 % par rapport au trimestre précédent. Les introductions en Bourse sont elles fortement touchées : seulement 601 M$ levés, moins 12 % par rapport au 4e trimestre 2011 et moins 87 % par rapport au 1er trimestre 2011, selon Bloomberg.

Cleantech Group : les start-up à la peine

Confirmant la baisse constatée par Bloomberg, le Cleantech group estime que seulement 1,81 Mds$ (1,38 Mds€) a été investi dans le monde dans les start-up au premier trimestre 2012 : en baisse de 31 % par rapport à la même période de 2011 et de 19 % par rapport au 4e trimestre 2011. Ce constat rejoint celui établi par GreenUnivers sur les levées de fonds des jeunes sociétés françaises : seulement 16,6 millions d’euros levés au cours des six derniers mois.

Selon le Cleantech Group, ce premier trimestre 2012 a vu plus de projets trouver du financement par rapport au dernier trimestre 2011, 185 contre 176, mais avec des tickets moins importants. Le secteur le plus attirant est celui du traitement de l’air et l’environnement qui a récolté 442 M$ (338 M€) pour 9 projets, suivi par les biocarburants et les biomatériaux avec 283 M$ (216,3 M€) et 14 projets et, surprise, le solaire avec 249 M$ (190,3 M€) et 28 projets.

Pour en savoir plus :

Who’s Winning the Clean Energy Race ? 2011 Edition

Q1 2012 Clean Energy investment squeezed by policy uncertainty

Global Clean Technology Venture Deals Rise While Dollars Fall in 1Q 2012