Solon en faillite, premier d’une série noire en Allemagne ?

Print Friendly, PDF & Email

Le vétéran allemand du solaire, le groupe Solon, est devenu la première grosse faillite du secteur solaire en Allemagne. Le groupe déjà en difficulté, qui avait fermé une usine aux Etats-Unis, vient d’annoncer qu’il avait échoué à conclure un accord avec ses banques créancières et de potentiels investisseurs, et s’est déclaré en faillite, espérant pouvoir se restructurer à l’issue du processus. Selon la presse, il aurait plus de 400 millions d’euros de dettes.

Pour les analystes, Solon risque fort d’être la première d’une série de faillites dans l’industrie solaire allemande et européenne.

C’est aussi la première qui frappe un groupe solaire allemand coté. Solon avait été en 1998 le premier fabricant allemand de panneaux photovoltaïque à s’introduire en Bourse. Son avis de faillite a fait chuter son cours de plus de 60%, à environ 40 centimes contre 89 euros en novembre 2007.

Le groupe allemand avait pourtant cherché à réduire ses coûts et obtenu un an de délai supplémentaire pour rembourser un crédit de 275 millions d’euros auprès de la Deutsche Bank et de 7 autres banques. Il emploie plus de 800 personnes en Allemagne, en Italie, en France et aux Etats-Unis.

A qui le tour ?

Il n’est pas le seul groupe allemand menacé par la chute des prix des panneaux, le résultat de la concurrence asiatique et du ralentissement du marché allemand et européen : ses compatriotes Q-Cells, Solarworld (qui a fermé deux sites), Phoenix Solar et Conergy sont, de l’avis des analystes, également tous très menacés. Q-Cells, lourdement déficitaire, a une échéance de dette importante en février 2012 et Conergy a été sauvé l’an dernier par une vente aux fonds Sothic Capital et York.

La situation n’est guère meilleure outre-Atlantique : déjà trois groupes solaires américains ont mis la clé sous la porte, en tête Solyndra, pourtant très richement financé par le gouvernement américain et de grands fonds privés, mais aussi Evergreen Solar et SpectraWatt. Le leader First Solar vient de réviser ses prévisions à la baisse et annoncé des suppressions d’emplois et de nombreux grands groupes ralentissent leur production.

Les industriels estiment que seule une poignée de grands acteurs survivront à la guerre des prix, et même chez les producteurs chinois, la guerre de prix fait de tels ravages que la moitié d’entre eux auraient déjà fermé, selon une récente étude parue dans la presse chinoise. Les Etats-Unis envisagent eux d’imposer des taxes douanières sur les panneaux chinois pour protéger leurs fabricants locaux.