Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 28 mai

Un feu s’est déclaré le 22 mai sur une éolienne Vestas du parc éolien en mer danois Horns Rev 1 (160 MW) mis en service en 2002. Les propriétaires de l’installation, Vattenfall et Orsted, enquêtent sur les causes de cet accident.

La nouvelle stratégie (et le nom) de TotalEnergies a été approuvée à plus de 90% par les actionnaires du groupe lors de l’Assemblée générale aujourd’hui. Ils ont aussi voté en faveur du renouvellement du mandat du PDG Patrick Pouyanné, pour une durée de trois ans.

Electricité de Strasbourg (filiale d’EDF) et Roquette Frères se sont vus concédés les gîtes géothermiques à haute température situés à l’intérieur du périmètre sur le territoire des communes de Betschdorf, Haguenau, Hoffen, Oberrœdern, Rittershoffen et Soultz-sous-Forêts, dans le département du Bas-Rhin, par un arrêté paru au Journal Officiel du jour.

Jeudi 27 mai

Philippe Kavafyan, ancien président de MHI Vestas Offshore Wind, est nommé PDG de Aker Offshore Wind, la filiale du groupe norvégien Aker dans l’éolien marin. Il prendra ses fonctions officiellement le 1er novembre, en remplacement de Astrid Skarheim Onsum, qui quitte le groupe.

Soutenu entre autres par BlackRock, le fonds activiste proclimat Engine n°1 a fait élire hier deux administrateurs au conseil du géant pétrolier américain Exxon, contre la volonté des dirigeants. Demain, l’Assemblée générale de Total sera marquée par l’opposition de la société de gestion Meeschaert, du gestionnaire de fonds Ofi Asset Management et de la caisse de retraite Ircantec à la stratégie climat du pétrolier français, jugée insuffisante.

Les trois marins-pêcheurs opposés au parc éolien en mer de Saint-Brieuc qui avaient lancé une fusée de détresse sur le site de RTE à Erquy et s’étaient confrontés à la gendarmerie ont été condamnés à 6 ou 8 mois de prison avec sursis selon les cas. Ils devront également indemniser financièrement des gendarmes, vigiles, et responsables de RTE qui ont déposé plainte et se sont constitués partie civile. A noter qu’un groupe de plaisanciers des Côtes-d’Armor ont appelé à un nouveau cortège en mer ce dimanche 30 mai pour contester le projet en construction.

L’administration Biden a ouvert pour le développement éolien offshore deux zones maritimes sur la façade Pacifique. Situées à Morro Bay et Humboldt County au centre et au nord de la Californie, ces zones ont un potentiel théorique de 4,6 GW, selon la Maison Blanche.

Les sociétés Allego France et Reservoir Sun ont été autorisées à exercer l’activité d’achat d’électricité pour revente prévue à l’article L. 333-1 du code de l’énergie pour les clients non résidentiels, par arrêtés parus au Journal Officiel du jour.

Mercredi 26 mai

Enertime (ORC, pompes à chaleur industrielles) et Stolect (stockage thermique massif d’électricité) s’associent pour “sécuriser les aspects techniques sur des composants au cœur du procédé” de Stolect, selon leur communiqué, promouvoir le stockage stationnaire de grand gabarit pour lisser la production d’électricité renouvelable et travailler de concert sur un démonstrateur sur un site SNCF à Rennes, Enertime fournissant les turbomachines de 1 MW. 

Du 31 mai au 18 juin, France Energie Eolienne organise avec Pôle  Emploi et les Maisons de l’emploi un premier job dating éolien pour les Hauts-de-France, une région à présidence anti-éolienne ; avec notamment des offres de Boralex, Enercon, EnergieTeam, H2air, Nordex et Vestas. 

BPCE Energeco, la Caisse d’Épargne Grand Est Europe et la Banque Postale conseillées par Norton Rose Fulbright financent le grand projet éolien « Sud Marne » (122 MW, 262 M€, 30 turbines Vestas) d’Hexagon Renewable Energy géré par TTR Energy. La Banque Postale fournit aussi la couverture de taux, avec Natixis.

Shell devra réduire ses émissions de CO2 de 45% d’ici fin 2030, selon le jugement rendu aujourd’hui par un tribunal néerlandais dans une affaire initiée par un collectif d’ONG accusant le groupe de ne pas agir suffisamment pour s’aligner sur l’accord de Paris. Le pétrolier prévoit actuellement de réduire « l’empreinte carbone nette » des produits vendus à ses clients de 30% d’ici 2035 et de 65% d’ici 2050.

Mardi 25 mai

Les métropoles de Lyon et Saint-Etienne s’unissent pour lancer un fonds d’amorçage industriel à impact environnemental et social dont la gestion est confiée à Demeter. Ce véhicule public-privé annonce viser une enveloppe d’au moins 80 M€ sur 12 à 14 ans pour soutenir 80 à 100 entreprises. Il sera financé par les métropoles de Lyon et de Saint-Étienne, à hauteur respectivement de 17 M€ et 5 M€, la Banque des Territoires et des investisseurs privés. 

Omnes Capital boucle son fonds Capenergie 4 à hauteur de 660 M€, alors que la cible initiale était de 500 M€. Depuis son lancement fin 2019, sept investissements ont été réalisés, soit environ 300 projets sur 10 GW dans 14 pays européens dont la Finlande

Lhyfe bénéficie de premiers projets au Danemark. Le développeur H2 nantais et des partenaires vont installer un site de production équipé de 24 MW d’électrolyse fin 2022 au sein de « GreenLab », une zone danoise d’essai industriel et énergétique prévue à Spøttrup.  Lhyfe fait aussi partie du consortium surtout nordique GreenHyScale pour préparer un électrolyseur de 100 MW en 2024 dans ce parc.

La start-up française H2sys, basée à Belfort et spécialisée dans les générateurs électriques à hydrogène, a noué un partenariat avec le constructeur automobile Hyundai, qui va lui fournir des piles à combustible.

Eramet et Suez vont préparer ensemble l’industrialisation d’un procédé de recyclage des batteries lithium-ion en boucle fermée, procédé développé dans le cadre du projet européen ReLieVe dans lequel les deux groupes étaient déjà partenaires.

Lundi 24 mai

BASF et RWE veulent construire 2 GW de capacité éolienne maritime sans subventions pour alimenter en électricité le site du chimiste allemand à Ludwigshafen (10 km2, 34 000 personnes) et y produire de l’hydrogène pour les besoins de l’usine. Les deux partenaires demandent au gouvernement allemand des appels d’offres offshore réservés aux projets industriels. 

Le motoriste et fabricant d’électrolyseurs PEM américain Cummins s’associe à Iberdrola pour investir dans l’hydrogène décarboné en Espagne. Cummins va construire une première usine de 500 MW de capacité annuelle près de Guadalajara au nord-est de Madrid, opérationnelle en 2023. Elle fournira notamment les appareils pour le projet H2 de 230 MW d’Iberdrola pour l’agro-industriel Fertiberia à Palos de la Frontera en Andalousie. 

La tonne de carbone repart à la hausse sur le marché européen. Elle cote aujourd’hui près de 53€ pour l’échéance de décembre sur la place Ice EUA.

Article précédentSolarzac : Arkolia réduit le parc PV mais conserve l’hydrogène
Article suivantL’Etat détaille ses 55 zones d’aménagement du territoire maritime