Total révise prudemment ses objectifs pro-climat

Print Friendly, PDF & Email
(@Total)

Repsol en décembre, BP en février, Shell en avril et en mai, Total : les grands pétroliers européens adoptent tous un objectif corporate visant à la neutralité carbone pour 2050. L’engagement du Français est soutenu par des investisseurs participant à la coalition d’entreprises Climate Action 100+, qui détiennent plus du quart de son capital. En particulier par BNP Paribas Asset Management et le britannique EOS at Federated Hermes. L’annonce se décline en trois promesses et des étapes en 2030 et 2040*, là aussi inédites.

Neutre en Europe

L’un des engagements prévoit ...

la neutralité carbone incluant le scope 3 de la nomenclature RSE**, c’est-à-dire les émissions des carburants, des combustibles et de tous les produits vendus par Total, soit l’essentiel du sujet. Mais ici attention, l’engagement ne porte que sur l’Europe. Pour le reste du monde, la neutralité sera circonscrite aux activités du groupe lui-même. Une grosse différence par rapport aux objectifs adoptés par BP et Repsol. Pourquoi cette restriction ? « La politique climat de l’Europe est à l’avant-garde par rapport au reste du monde. Si d’autres régions adoptent des stratégies ambitieuses, nous n’excluons pas d’étendre notre engagement », indique une porte-parole, en rappelant que le continent européen représente 60% des émissions sous scope 3 de Total.

Une explication à laquelle ne souscrit pas l’ONG Reclaim. Sa directrice Lucie Pinson estime au contraire que « le développement de Total dans les décennies à venir se fera hors Europe » et qu’un groupe mondial a une responsabilité de même portée. Elle estime que l’entreprise devrait plutôt envisager de réduire sa production globale de pétrole. Dans le communiqué, Patrick Pouyanné, président de Total préfère s’engager à « contribuer activement à relever le double défi consistant à fournir plus d’énergie avec moins d’émissions. »

Investisseurs activistes pro-climat

L’annonce de Total tombe à un moment particulier. Comme Greenpeace France, Reclaim est associée à la résolution communiquée le 14 avril par onze investisseurs professionnels actionnaires de Total (Financière Meeschaert, Crédit Mutuel Asset Management, groupe Edmond de Rothschild***…) demandant à l’énergéticien français de se mettre en conformité avec l’Accord de Paris. Cette résolution précisément exprimée doit être présentée à l’assemblée générale du groupe le 29 mai.

Le communiqué du géant tricolore vise-t-il à désamorcer cette initiative inédite dans le secteur des investisseurs professionnels ? Pas du tout, selon la porte-parole de la major tricolore, car « les discussions avec Climate Action 100+ ont été menées pendant plusieurs mois et ont abouti à cet engagement », indépendamment donc de la pression mise par les signataires de la lettre.

25 GW en 2025 contre 7 GW en 2020

Pour étayer son engagement, le groupe pétrolier et gazier a tenu à mettre en avant sa stratégie dans les énergies renouvelables, menée tambour battant depuis 2015 via une série d’investissements ou d’acquisitions de projets et d’entreprises. Comme celle en France de Direct Energie-Quadran ou la prise de participation dans Eren Re, qui au vu des nouveaux objectifs, paraît avoir de bonnes chances de devenir une prise de contrôle.

Total vise 25 GW de capacités EnR en 2025. En marge du congrès du Syndicat des énergies renouvelables le 6 février dernier, Julien Pouget, vice-président de Total Renewables, anticipait une capacité de production d’électricité renouvelable à 7 GW à la fin de l’année contre 500 MW en 2017. La part des investissements dédiés à l’électricité bas-carbone dans les dépenses globales doit atteindre 20% d’ici 2030 ou plus tôt, promet le groupe.

*Les engagements : 
1) Un objectif de neutralité carbone pour les opérations mondiales de Total en 2050 ou avant (scope 1+2)
2) Un engagement de neutralité carbone (Net Zero Emissions) en Europe pour l’ensemble de sa production et des produits énergétiques de Total utilisés par ses clients en 2050 ou avant (scope 1+2+3)
3) Une ambition de réduction de 60% ou plus de l’intensité carbone moyenne des produits énergétiques de Total utilisés dans le monde par ses clients d’ici 2050 (moins de 27,5 gCO2/MJ) avec des étapes intermédiaires de 15% en 2030 et de 35% en 2040 (scope 1+2+3).


**Responsabilité sociale et environnementale

***Actiam, Candriam, Crédit Mutuel Asset Management et les Assurances du Crédit Mutuel, Ecofi Investissements, Friends Provident Foundation, Fédéral Finance Gestion, La Banque Postale Asset Management, Meeschaert AM, Sycomore Asset Management.