Onze investisseurs veulent obliger Total à changer de stratégie

Print Friendly, PDF & Email
(@Total)

« Dans un contexte climatique tendu (…) l’insuffisance des engagements du groupe pétrolier constitue un risque à la fois pour l’entreprise et pour ses actionnaires. » Cette phrase visant Total n’est pas issue d’un communiqué d’une ONG environnementale mais de Meeschaert Asset Management. La société de gestion coordonne un groupement inédit de onze actionnaires de la major française, parmi lesquels le Crédit Mutuel Asset Management, la Banque Postale Asset Management ou le groupe Edmond de Rothschild*. Ces investisseurs ont déposé le 14 avril une résolution pro-climat auprès du conseil d’administration de Total, pour qu’il se mette en conformité avec l’Accord de Paris. Elle doit ensuite être présentée au vote lors de l’assemblée générale des actionnaires le 29 mai.

Tous les scopes RSE

Les signataires n’y vont pas de main morte, car ils demandent au groupe de réduire en valeur absolue ses émissions de CO2 en incluant le scope 3 de la nomenclature RSE, c’est-à-dire les carburants, combustibles, huiles brûlés par tous ses clients. « Des résolutions ont déjà été déposées auprès de ...

compagnies pétrolières étrangères, mais c’est la première fois qu’un texte porte sur tous les scopes, demande un objectif à moyen terme et une réduction des émissions en valeur absolue et non pas relative à la quantité de barils produits », explique Lucie Pinson, directrice de l’ONG Reclaim Finance, associée à cette initiative.

A-t-elle une chance de passer l’obstacle du conseil d’administration, sachant que les actionnaires impliqués ne représentent que 1,35% du capital ? « La major de l’énergie responsable serait mal avisée de repousser un texte précis et argumenté. Total devrait de toute façon motiver ce refus », estime Lucie Pinson. Elle s’attend plutôt à ce que le groupe prenne de nouveaux engagements d’ici son assemblée générale, pour rassurer les signataires et éviter que leur résolution recueille des suffrages. 

L’action, manifestement prise au sérieux par le groupe pétrolier, pourrait faire boule neige en direction d’autres énergéticiens. « Engie, encore propriétaire de dix centrales à charbon, mérite sa résolution », formule Lucie Pinson.

* Actiam, Candriam, Crédit Mutuel Asset Management et les Assurances du Crédit Mutuel, Ecofi Investissements, Friends Provident Foundation, Fédéral Finance Gestion, La Banque Postale Asset Management, Meeschaert AM, Sycomore Asset Management.