Deals du 20 au 27 avril 2009: solaire thermique, efficacité énergétique et capture du carbone

Print Friendly, PDF & Email

Gouvernements

La Grande-Bretagne donne l’exemple en annonçant un très officiel « budget carbone » qui l’engagera devant les électeurs  à réduire ses émissions de CO2, de 34% pour 2020, par rapport au niveau de 1990.

La Californie a adopté une nouvelle norme de “carbone réduit” pour les carburants, qui oblige les producteurs, raffineurs et importateurs à réduire l’”intensité en carbone”, sous peine de ne pas pouvoir vendre dans l’Etat. Plus précisément, ils doivent réduire de 10% les émissions de tout leur processus soit d’extraction (pour le pétrole) soit de culture (pour les biocarburants), mais aussi de transport, et ce dans les 10 ans. L’intensité en carbone reflète le rapport entre les émissions de CO2 du processus et l’énergie produite. Cette règle est faite pour doper les carburants alternatifs, à base d’algues, bois, paille et switchgrass.

Grandes entreprises

Le groupe italien Enel veut céder une part de sa filiale Green Power, spécialisée dans les énergies renouvelables, via une introduction en Bourse ou auprès d’un investisseur. Il en espère entre 5 et 12 milliards d’euros, selon la presse, ce qui l’aiderait à rembourser une partie de sa dette. Green Power dispose d’un portefeuille de 4 500 MW et vise 6 400 MW en 2013.

General Electric espère dans les 3 ans récupérer une part des 2.000 milliards de dollars prévus pour des projets « verts » dans les divers grands plans de relance gouvernementaux,  pour doper notamment ses divisions énergies renouvelables, en particulier l’éolien et la géothermie. Il vise en premier lieu les projets de « smartgrid » (compteurs et réseaux électriques intelligents) en Chine, et fermes éoliennes en Chine et aux Etats-Unis. D’ailleurs, alors que son chiffre d’affaires au 1er trimestre a baissé de 9%, celui de sa division énergie a augmenté de 7%. à  8,2 milliards, près du quart des 38 milliards de dollars de chiffre d’affaires global du groupe. Et le bénéfice de cette branche a bondi de 19% à 1,1 milliard. Les recettes de cette branche ont doublé en un an. Pourtant les mois qui viennent seront moroses : les recettes tirées de l’éolien ont baissé de 2% au 1er trimestre et surtout 400 millions de commandes ont été annulées au 1er trimestre dans la division énergie. les commandes d’équipement pour la géothermie ont chuté de 53% et celles d’éoliennes et d’équipement éolien de 8% à 1,1 milliard.