Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 15 février

Akuo Energy a mis en service sa centrale de cogénération biomasse au bois à Novillars (Doubs). Le projet est doté d’une capacité de 20 MWe et d’une puissance thermique de 63 MWth.

Un décret du 13 février, publié au Journal officiel le 15 février, prévoit la possibilité pour un utilisateur de réseau d’effectuer les travaux de raccordement pour le compte du gestionnaire de réseau.

Selon BNEF et le Business Council for Sustainable Energy, 11,7 GW de solaire ont été installés aux États-Unis en 2018, soit un bond de 6% malgré la hausse des tarifs. Côté éolien, 7,5 GW ont été installés. 

La start-up néerlandaise LightYear veut mettre sur le marché en 2020 une voiture électrique fonctionnant surtout à l’énergie solaire, avec jusqu’à 800 km d’autonomie. Ce concept-car serait vendue 119 000 € – hors taxes.

La ville de Hangzhou, à l’Est de la Chine, compte ajouter 700 MW de solaire d’ici 2020. Elle possède déjà 1 GW. Cette ambition fait partie d’un plan plus large qui a pour objectif 60% d’EnR dans la consommation.

Jeudi 14 février

Un groupe de travail sur les réseaux de chaleur et de froid démarrera en mars. Au menu : les villes de plus de 10 000 habitants, la densification des réseaux et le renforcement de l’alimentation EnR.

La création d’une commission d’enquête parlementaire sur l’efficacité de la politique de transition énergétique, demandée par le député Julien Aubert, a été approuvée par la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Il reste maintenant à connaître le nom du rapporteur, puis ses membres et le calendrier.

Le réseau de 200 bornes autoroutières de recharge électrique Corri-Door bénéficie d’une meilleure fréquentation : 40 000 charges en 2018 contre 22 500 en 2017. Les plus utilisées se situent en région parisienne et sur l’autoroute A8. Izivia (ex-Sodetrel, groupe EDF) compte déployer 300 nouveaux appareils à partir de 2020 et beaucoup plus ensuite.

La plateforme de financement participatif Solylend a levé 1,4 M€ auprès de Bpifrance, la région Nouvelle Aquitaine et le fonds Technostart opéré par l’incubateur Bordeaux Technowest. L’objectif est de financer 4 M€ de projets à impact positif en 2019.

DBT a inauguré sa première borne de recharge de 50 kW à Montrouge (Hauts-de-Seine). Deux stations supplémentaires seront déployées courant 2019.

Marc Papinutti, ingénieur général des Ponts, des eaux et des forêts, est nommé directeur général des infrastructures, des transports et de la mer. Julien Dehornoy prend son fauteuil de directeur du cabinet de la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Mercredi 13 février

Alors que le Sénat examinera en mars le projet de loi d’orientation des mobilités, le président de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable et le rapporteur du texte pour la commission s’inquiètent dans un communiqué du financement. Ils s’alarment notamment d’une possible baisse drastique de la part de la TICPE affectée aux transports. Dans un rapport annexe, le gouvernement lui-même reconnaît qu’il manque 500 M€ par an à partir de 2020.

La CRE s’est exprimée en faveur d’un projet d’ordonnance réformant l’élaboration des schémas de raccordement au réseau des énergies renouvelables.

Le gouvernement écossais lance le fonds Saltire Tidal Energy Challenge Fund. Doté de 10 M£ (plus de 11,4 M€), il est dédié à l’innovation et la réduction des coûts de l’énergie des courants marins dans les eaux écossaises. Il vient compléter le dispositif gouvernemental Wave Energy Scotland (WES) de 30 M£ (34,2 M€), dédié à l’énergie des vagues.

La France va débloquer 700 M€ sur cinq ans pour le développement de batteries pour véhicules électriques, selon l’agence Reuters. Ce soutien prendra la forme de subventions, de fonds propres et d’avances remboursables. Cette initiative, qui doit être détaillée dans la soirée du 13 février par le président Macron, s’inscrit dans le cadre du projet franco-allemand de création d’une production de batteries en Europe

Mardi 12 février

L’opérateur lyonnais d’économies d’énergie Monabee lance une offre complète d’autoconsommation pour les particuliers, de l’audit à la maintenance, baptisée Energee’z. Le pilotage de l’installation et des objets connectés améliorerait de 30 à 40% le taux d’autoconsommation, par rapport aux installations non monitorées, selon Monabee.

Naval Energies n’a pas renoncé aux énergies marines, malgré l’abandon de l’hydrolien. La filiale de Naval Group vient d’investir dans l’outil de modélisation, 3Dexperience de Dassault Systèmes, qui propose notamment des applications numériques dans le cloud. La plateforme doit permettre d’optimiser la conception du projet éolien flottant de Groix & Belle-Ile et d’accélérer les initiatives dans l’énergie thermique des mers.

Ikea s’est lancé en février dans la commercialisation de panneaux solaires en Italie. Le groupe suédois fourni déjà ces produits au Royaume-Uni et depuis peu en Allemagne. La France est-elle la prochaine sur la liste ? Il y a fort à parier que oui, mais interrogé par GreenUnivers, le géant suédois n’a pas été en mesure de répondre à cette question.

Amarenco a signé avec Infram Energy un accord de financement portant sur 2 lignes de crédits. La première consiste en un financement bridge de 35 M€, la deuxième, dont la finalisation doit intervenir d’ici un mois, sur un financement de long terme de 120 M€. Ces sommes financeront des projets solaires en France, mais aussi en Europe.

Lundi 11 février

L’Autorité environnementale a demandé au projet EolMed de compléter ses études d’impact par une analyse de la biodiversité, notamment du passage des oiseaux migrateurs et des chauves-souris. Elle demande aussi l’analyse des effets cumulés avec l’extension du port de Port-la-Nouvelle ainsi que de l’ensemble des parcs à venir, et des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre des phases de fabrication et d’installation des éoliennes. Mais dans l’ensemble, elle qualifie l’étude d’impact de « complète et d’excellente facture ».

Le ministère de l’Economie et des finances n’est pas hostile à l’exonération de la Contribution au service public de l’électricité (CSPE) pour les tiers investisseurs dans les opérations d’autoconsommation d’énergie, les sociétés de tiers financement étant alors assimilées au consommateur final. Mais cette mesure, qui a besoin d’être juridiquement robuste et implique notamment de modifier le Code des Douanes (article 226), a besoin d‘être notifiée à la Commission européenne. Les pouvoirs publics n’ont pas pris de décision sur le sujet. Plusieurs véhicules législatifs pourraient porter cette exemption de CSPE : le projet de loi de finances (PLF) rectificative pour 2019, l’actuel projet de loi sur l’énergie via un amendement ou le futur PLF pour 2020. 

La compagnie britannique Drax a commencé à capturer le CO2 émis par sa centrale biomasse dans le Yorkshire, au Royaume-Uni, dans le cadre d’un projet pilote. Drax indique avoir investi 400 000 £ dans ce projet qu’elle présente comme une première mondiale.

Au Brésil, Voltalia construit une ligne de 500 kV pour connecter de nouveaux projets EnR d’une capacité totale de 2 GW au sein de son cluster éolien Serra Branca.

La start-up Agriloops a levé 1,4 M€ auprès de OGHI, BNP Paribas Développement et de Business Angels pour construire sa première ferme d’aquaponie en eau salée. Opérationnelle en 2020, elle va lui permettre de produire des dizaines de tonnes de gambas et de légumes.