Mobilité électrique : Gireve ouvre son capital au FMET

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Gireve)

L’essor du marché des véhicules électriques donne des ailes au groupement pour l’itinérance de la recharge électrique des véhicules (Gireve). Pour accélérer son développement, il ouvre son capital au jeune Fonds de modernisation écologique des transports (FMET), doté de 200 M€ par les concessionnaires d’autoroutes Vinci Autoroutes, APRR et Sanef et géré par Demeter, qui rejoint les actionnaires ...

historiques : Renault, EDF (via sa filiale Edev), Enedis, la CNR et la Caisse des Dépôts.

Le montant de l’apport n’est pas dévoilé, mais il s’agit d’un « investissement significatif », assure Philippe Detours, partner infrastructure de Demeter.

Plus de 15 00 points de charge

Alors que les réseaux de bornes de charge se multiplient avec en France des opérateurs comme la CNR, Sodetrel ou encore Bolloré, leur interopérabilité est évidemment cruciale pour les utilisateurs et le développement du marché des véhicules électriques. Créé en 2013, Gireve connecte déjà plus de 50 réseaux de recharge pour véhicules électriques en Europe, soit plus de 15 000 points de charge. La société a beaucoup investi en IT pour développer des outils permettant la recherche et la réservation de points de recharge avec gestion en temps réel de leur disponibilité. Elle propose aussi une place de marché BtoB, réalisant en temps réel l’échange de données entre opérateurs pour que chacun se rémunère sur les services délivrés à des abonnés qui ne sont pas les siens, un peu sur le modèle du Groupement des cartes bancaires.

« C’est une start-up très innovante qui a réussi la preuve du concept, créé un standard et présente désormais un fort potentiel de croissance avec la possibilité de déployer toute une palette de services autour des infrastructures de charge pour les utilisateurs et les opérateurs », souligne Philippe Detours.

L’allemand Hubject a aussi levé des fonds

Mais Gireve doit accélérer face à des concurrents puissants, notamment l’allemand Hubject, fondé en 2012 par des groupes comme BMW, Bosch, Daimler ou encore RWE. Il propose aussi une solution d’interopérabilité avec plus de 60 000 points de charge dans sa base et une plateforme de services. En octobre dernier, Hubject a bouclé une nouvelle levée de fonds de plusieurs millions d’euros (le montant exact n’a pas été dévoilé) avec l’ambition de se déployer aux Etats-Unis et en Chine.

L’investissement du FMET permettra de développer de nouveaux outils et services, en priorité pour le marché français même si Gireve envisage aussi de s’étendre à l’international.

Le FMET investit aussi dans la logistique urbaine

Dédié à l’investissement dans les infrastructures contribuant à la modernisation écologique des transports, le FMET a signé début décembre son premier deal, juste avant celui avec Gireve : un partenariat avec Sogaris, un groupe public spécialisé dans la conception, la construction et la gestion de sites logistiques, dont l’actif le plus célèbre est Rungis. Dans le cadre du Grand Paris, l’entreprise va investir plus de 500 M€ sur dix ans pour déployer un réseau de sites (espaces de proximité, plateformes, hôtels logistiques…) pour favoriser une logistique urbaine innovante et moins polluante. Le FMET lui apportera 20 M€ pour financer ces futurs projets.