Siemens met un point final au développement des éoliennes Adwen

Print Friendly, PDF & Email
Crédit : Siemens-Gamesa Renewable Energy

Un an après le rachat de l’ex-coentreprise entre Areva et Gamesa, Siemens-Gamesa Renewable Energy confirme les engagements industriels d’Adwen au Havre tout en soldant son héritage technologique. Sans surprise, l’éolienne AD8 (avec multiplicateur) initialement développée par Areva ne dépassera pas le stade du prototype. Le groupe préfère se concentrer sur la turbine D8 à entraînement direct. Basée sur la plateforme Siemens de 6 MW, elle jouit d’un important retour d‘expérience puisque 200 modèles ont déjà été installés et mis en service sur des parcs éoliens en mer.

Peu d’effets

« Ce changement n’a aucun effet sur l’intention d’Adwen de construire une usine de nacelles et une usine de pales au Havre, et de collaborer au développement de la filière locale de l’éolien en mer en France. La société prévoit également de créer un minimum de 750 emplois », précise Siemens Gamesa Renewable Energy dans un communiqué. Adwen a déposé les demandes de permis de construire en mai dernier.

La décision impacte en revanche les deux consortiums lauréats des appels d’offres d’État, qui prévoyaient d’utiliser la turbine AD8 d’Adwen pour équiper trois parcs de 496 MW : Ailes Marines (Res-Iberdrola) dans la Baie de Saint-Brieuc et Engie/EDPR aux Îles d’Yeu/Noirmoutier et à Dieppe-Le Tréport. Tous deux ont soumis ce changement à l’approbation du ministre de la transition énergétique et écologique. Celui-ci a approuvé le changement à Dieppe et aux deux Îles après examen de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Sa décision est attendue d’ici quelques semaines pour Saint-Brieuc mais ne devrait pas perturber le calendrier prévisionnel.

Vers des éoliennes plus puissantes

Quid de l’éolienne AD5 de 5 MW fabriquée dans les usines Adwen de Bermerhaven, en Allemagne ? « Officiellement, ...