GreenFlex prend les couleurs de Total

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : GreenFlex)

La major pétrolière, qui vient d’annoncer un investissement dans Eren Re, muscle encore un peu son business durable avec le rachat à 100% de l’entreprise GreenFlex, spécialisée dans la transition environnementale des entreprises. Fondée en 2009 par Frédéric Rodriguez, GreenFlex sera intégrée à la branche Gas, Renewables & Power de Total, créée en avril 2016. Les montants ne sont pas dévoilés, pour l’instant.

L’acheteur acheté

GreenFlex qui rejoint Total, c’est l’acheteur acheté. En huit ans, GreenFlex a en effet bouclé pas moins de 12 acquisitions. Mais à en croire Frédéric Rodriguez, le rapprochement officialisé ce mardi ne devrait aucunement freiner la cadence, bien au contraire. « C’est un  ...

tournant pour eux et pour nous. Il y aura encore des acquisitions. On pourra même se permettre d’engager des investissements à la rentabilité plus longue, ce qui était moins le cas avant. GreenFlex a vocation à devenir un incubateur de sociétés », assure le dirigeant. Son entreprise sera en outre amenée à travailler en synergie avec les filiales de Total déjà actives dans l’efficacité énergétique : BHC en France et Tenag en Allemagne.

Autonomie maintenue

Frédéric Rodriguez, qui avait cédé 25% de GreenFlex au fonds Nextstage en 2013, a commencé à envisager le changement d’actionnariat il y a environ un an. « Nous souhaitions un partenaire puissant, un actionnariat stable pour une vision long terme », explique-t-il. GreenFlex espérait alors récolter 10 à 15 M€ auprès de family offices. Total et son « horizon des possibles incomparable » l’ont finalement emporté, à condition toutefois de maintenir les effectifs, la marque et les métiers GreenFlex. « Nous n’aurions jamais pris cette décision sans la garantie de Total que GreenFlex se développera en parfaite autonomie », insiste Frédéric Rodriguez. Confirmé aux manettes de l’entreprise, le management de l’entreprise devrait recevoir des actions ou stock options à l’issue du process de rachat, attendu fin 2017.

Croissance exponentielle

GreenFlex s’est fixé l’an dernier l’objectif de doubler son effectif et son chiffre d’affaires d’ici 2021, avec un fort développement en Europe. Déjà, l’entreprise va passer de 230 à 350 M€ de chiffre d’affaires entre 2016 et 2017. Elle compte plus de 600 clients – 60% du CAC 40 est client – et 14 bureaux dans 6 pays. Elle intègre à présent un mastodonte aux moyens quasi illimités : 98 000 collaborateurs, 130 pays… et 8 milliards d’euros de bénéfices en 2016.