GE lance son usine de pales offshore à Cherbourg, Adwen s’invite à la fête

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : LM Wind Power)

De Cherbourg* – Bernard Cazeneuve n’est pas de tempérament démonstratif. Il s’avouait néanmoins « mélancolique » ce jeudi 23 mars, à Cherbourg, où il posait la première pierre de l’usine de pales éoliennes du danois LM Wind Power, bientôt intégré dans la galaxie de General Electric (GE). C’était en effet l’un de ses derniers déplacements en tant que Premier ministre. C’était aussi l’aboutissement d’un parcours entamé en 2011, alors qu’il était encore député-maire de la ville. Un effort au long cours donc, mené avec les élus de la Manche et de l’ex-région Haute Normandie puis relayé par ses successeurs locaux, pour créer des emplois.

Il n’ y a d’ailleurs aucune raison de broyer du noir à cet égard : l’offshore à Cherbourg est une vraie bonne nouvelle pour l’économie locale. Jérôme Pécresse, ancien président d’Alstom Renouvelables et désormais responsable des destinées mondiales de GE Renewable Energy, annonce 550 emplois directs « à pleine charge » et 2 000 emplois indirects, avec une capacité de production située entre 1,2 et 2 GW par an pour un investissement de 100 M€.

Remplir le carnet de commandes

Certes, ce n’est pas pour tout de suite. L’usine, dont la construction est longtemps restée incertaine, sera opérationnelle mi-2018. Les embauches se feront progressivement, en fonction du carnet de commandes. Pour l’instant, il est vide. GE ...