Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 18 août

L’Argentine a lancé hier le deuxième round de son programme d’enchères RenovAr renewable energy pour un total de 1,2 GW, dont 550 MW pour l’éolien et 450 MW pour le solaire. Les candidats ont jusqu’au 19 octobre pour présenter leurs offres. Les lauréats des power purchase agreements (PPA) seront dévoilés le 29 novembre.

En Ecosse, la plus puissante ferme photovoltaïque sera également sans subvention. D’une puissance installée de 20 MW, elle est développée par la société Elgin Energy à Speyslaw, sur la côte nord de l’Ecosse et vient d’obtenir le feu vert des autorités.

La Green Investment Bank, ex banque publique d’investissement britannique, est rebaptisée Green Investment Group suite à son rachat par Macquarie. Le fonds d’investissement australien a confirmé son objectif d’investir 3 mds£ (3,3 Mds€) dans les EnR britanniques au cours des trois prochaines années.

Un appel à projets (AAP) pour la construction d’une maison 100% bois est lancé par le domaine de la Bourdaisière (Indre-et-Loire) en partenariat avec l’ONF, France Bois Forêt et Arbocentre. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 9 octobre. Pour plus de détails, consultez l’AAP en PDF.

Jeudi 17 août

La France fait pale figure au classement Clean 200, qui regroupe les 200 entreprises faisant le plus de chiffre d’affaires (en montant absolu) sur les marchés « clean » (EnR, efficacité énergétique, EVs et hybrides…), avec seulement deux entreprises classées. Comme l’année dernière, Schneider se classe 3ème (derrière Siemens et Toyota). Spie passe de 30 à 38ème. La Chine compte 68 entreprises classées, les USA 34.

Le Koweït va lancer, début 2018, un appel d’offres pour la construction du projet photovoltaïque Dibdibah de 1 GW, selon des informations officielles rapportées par Blooomberg. Les entreprises ont jusqu’au 7 septembre pour manifester leur intérêt. Le projet devra être achevé d’ici 2020 moyennant un investissement de 1,2 Md$. Le Koweït prévoit d’atteindre 15% d’EnR dans son mix électrique d’ici à 2030.

Au Mexique, le récif corallien de Cancùn va bénéficier d’une police d’assurance dès septembre, suite à un partenariat entre le réassureur zurichois Swiss Re et The Nature Conservancy, une organisation américaine de protection de l’environnement. Les cotisations seront versées par les hôtels locaux et des entreprises de tourisme privées. En retour, Swiss Re s’engage à payer pour les restaurations en cas d’endommagement du récif. Ce mécanisme est expérimental et vise à protéger le récif.

Mercredi 16 août

La start-up lyonnaise Hikob, spécialisée dans les systèmes d’acquisition de données sans fil, vient de remporter un contrat auprès de Spie CityNetworks, opérateur français de bornes de charge pour véhicules électriques. La jeune pousse équipera 850 bornes de son système « Instant IRVE », qui permet de connaître en temps réel l’état d’occupation et d’utilisation des bornes. Sa solution offre également un moyen de lutter efficacement contre les voitures ventouses qui entravent la bonne utilisation des bornes de recharge.

Le maire de Londres Sadiq Khan ouvre à la consultation, jusqu’au 17 novembre, son projet de stratégie environnementale pour la capitale (London Environment Strategy). Il comporte un plan d’action dans le solaire (Solar Action Plan) qui propose de construire 2 GW de photovoltaïque (contre 95 MW actuellement) d’ici 2050 afin de faire de Londres une ville « zéro carbone ».

L’UE et la Suisse vont créer à l’horizon 2019 une passerelle entre leurs marchés d’échanges de quotas d’émissions de carbone, a annoncé la Commission européenne. Une fois que l’accord effectif, les participants du marché CO2 de l’UE seront en mesure d’utiliser des allocations issues du système suisse pour se mettre en conformité, et vice versa. Pour l’heure, le système européen est plombé par un gigantesque excès de quotas le rendant totalement inopérant…

Mardi 15 août

En Allemagne, un deuxième appel d’offres a permis la sélection d’1 GW de projets éoliens terrestres. Le prix cible moyen, en baisse de 26% par rapport au mois de mai, atteint 42,9€/MWh. La Bundesnetezagentur (agence fédérale des réseaux) indique même que la candidature la plus compétitive recevra 35€/MWh, sous forme de complément de rémunération sur 20 ans.
Une fois de plus, 95% des projets lauréats sont « citoyens » mais les règles de participation seront durcies lors des prochains rounds car des développeurs professionnels contournent les règles pour profiter des facilités accordées aux projets citoyens. Sur ce deuxième round, une seule entreprise, UKA Group, se cache ainsi derrière 37 des 67 projets lauréats.