Londres confirme la vente de la Green Investment Bank à Macquarie

Print Friendly, PDF & Email

Un an après le lancement – très contesté – du processus de privatisation de la Green Investment Bank (GIB), le gouvernement britannique a confirmé ce jeudi la vente de l’institution au fonds d’investissement australien Macquarie. Le deal s’élève à 2,3 Mds£ (2,7 Mds€), dont 600 M£ (715 M€) liés au bouclage d’investissements décidés avant la vente mais qui seront pris en charge par Macquarie. Dans un communiqué, le ministre du Changement climatique et de l’Industrie, Nick Hurd, assure que la transaction représente « un profit substantiel » pour les contribuables britanniques.

Une centaine de projets financés

Depuis sa création en 2012, la GIB a investi 3,4 Mds£ dans une centaines de projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique en Grande Bretagne. Elle a engendré ses premiers profits en 2014-2015 et affichait en juillet 2016 quelque ...

10 M£ de bénéfices (avant impôts) au titre de l’année 2015-2016. Nick Hurd s’est en outre félicité de l’effet levier provoqué par les investissements de la GIB : 3£ engagées par des investisseurs tiers pour chaque livre apportée par la GIB.

Bras armé de Macquarie en Europe

A compter de la validation du deal, attendu d’ici à deux mois, la GIB deviendra le bras armé de Macquarie au Royaume-Uni et aussi dans d’autres pays européens. L’australien a multiplié les promesses pour obtenir la préférence du gouvernement et notamment l’engagement de conserver les employés et le siège de la GIB à Edimbourg et Londres et d’investir 3 Mds£ dans les trois prochaines années. La création d’un nouveau fonds infrastructures dédié à l’éolien en mer est également prévue, dans lequel la GIB détiendra 25%, Macquarie European Infrastructure Fund 5 (MEIF 5) et Universities Superannuation Scheme (USS) se partageant le solde.

Enfin Macquarie s’est engagé à poursuivre les investissements de la GIB dans les pays en développement au titre du projet UK Climate Investments Initiative.

Le gouvernement conserve encore des participations dans « un petit nombre d’investissements de la GIB » pour un montant représentant 130 M£. « Ce portefeuille continuera d’être géré par la GIB jusqu’à ce que les participations puissent être cédées de façon à générer le meilleur retour sur investissement pour les contribuables », a indiqué le ministre dans un communiqué.