Appel d’offres éolien session 1 : qui sont les lauréats ?

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Nordex)

Résultats actualisés le le 02 mars 2018 –

« Cet appel d’offres est un appel d’air », formule Damien Ricordeau, président du cabinet de conseil Finergreen qui vient de livrer une analyse détaillée (consultable ci-dessous) de la première session de la compétition éolienne. Un exercice inédit sous le régime de la vente sur le marché avec complément de rémunération, dont les résultats ont été publiés hier et dans lequel la région Hauts-de-France se taille la part du lion : 226 MW sur les 500 MW attribués. Du coté des entreprises gagnantes, Damien Ricordeau observe un double mouvement : l’arrivée d’acteurs en provenance d’Allemagne, de Suisse et d’Autriche d’une part, la réussite de développeurs de taille moyenne, de l’autre.

Les leaders quasi-absents

De fait, les deux leaders du marché français sont quasi absents de ce round : Engie n’y figure pas et EDF EN n’obtient que 10 MW. « Six seulement des 20 premiers IPP (producteurs indépendants d’électricité) éoliens font partie des lauréats de cette première tranche d’AO, pour 46% de la capacité totale lauréate », a calculé Finergreen. La place des leaders est prise par des développeurs venus surtout d’Outre-Rhin, parfois présents depuis longtemps en France comme WPD (lauréat de 65 MW sur trois parcs dans le Cantal, en Vendée et en Charente) ou le turbinier Nordex, basé à Hambourg, qui se transforme ici en développeur offensif et obtient 100 MW.

Vent d’Est

Mais le palmarès de cette première période se caractérise surtout par ces tout nouveaux arrivants venus de l’Est, comme Volkswind, filiale de l’énergéticien suisse Axpo, titulaire de 56 MW ou bien Vents du Nord (32 MW), filiale du groupe Loscon, basé à Berlin. W.E.B. Windenergie, qui obtient 18 MW, est un développeur d’origine autrichienne bien implanté en Allemagne, et David Energies, lauréat de 21 MW est pour sa part un développeur multiénergies basé à Angers (Maine-et-Loire) mais avec un bureau à Hambourg et c’est en Allemagne que David Energies a réalisé ses premiers projets éoliens.

Les indépendants de taille moyenne à l’honneur

Cette première compétition éolienne en mode vente sur le marché avec aide d’Etat, un double mécanisme concurrentiel dont les acteurs germaniques sont familiers, affiche donc des couleurs résolument européennes.

Source : Finergreen

Elle est aussi l’occasion pour les développeurs français indépendants puissants comme Quadran, mais aussi de taille moyenne, de conquérir des affaires : c’est le cas par exemple de Valorem sur 36 MW et de Valeco pour 32 MW, entre autres. On remarque aussi la présence d’une société d’économie mixte, GEG Source d’énergie, fournisseur d’énergie basé à Grenoble et initialement régie municipale de distribution de gaz. Cette SEM est retenue pour un projet de 15 MW. 

  • Consultez l’analyse de l’appel d’offres éolien tranche 1 (ici en PDF) :