« On va voir maintenant qui sont les vrais énergéticiens » [Antoine de Larocque, Direct Energie]

Print Friendly, PDF & Email

Entretien avec Antoine de Larocque, directeur Energies renouvelables de Direct Energie –

Comment se passe l’intégration de Quadran chez Direct Energie ? A quelle logique répond cette acquisition qui a beaucoup fait réagir ? Quelles sont les ambitions du groupe dans les renouvelables ? Un mois et demi après le bouclage de cette opération de 344 M€, le responsable des activités Renouvelables du troisième fournisseur du marché précise la stratégie, le modus operandi et les premières initiatives de sa société à l’égard de sa nouvelle filiale.

Antoine de Larocque (Crédit : Direct Energie)

GreenUnivers : L’annonce de votre acquisition de Quadran en juin dernier a surpris. Pourquoi vous positionner sur la production d’énergies renouvelables ? 

Antoine de Larocque : Direct Energie a une stratégie d’intégration verticale. Nous avons besoin d’être robuste et de limiter les risques de volatilité du marché de l’énergie. Ce qui nécessite d’avoir notre propre parc de production. Depuis 2016, nous disposons de deux centrales à gaz, l’une en France et l’autre en Belgique et en construisons une en Bretagne. Avec le rachat de Quadran, nous suivons l’évolution du mix énergétique français vers les renouvelables. L’intérêt de Direct Energie pour le secteur n’est pas nouveau : Neoen a fait ses débuts chez nous en 2008 ! Notre objectif est d’être un énergéticien du 21e siècle : nous visons 1,2 GW de gaz et un peu plus d’1 GW d’énergies renouvelables en 2020.

GU : Pourquoi Quadran ? Avez-vous regardez d’autres dossiers ? 

AdL : Nous étions acheteurs et avons effectivement étudié d’autres dossiers. Quadran proposait un mix  intéressant avec surtout de l’éolien, mais aussi du solaire, du biogaz et de l’hydro. C’est une entreprise en forte croissance, qui en dix ans est devenue l’un des leaders français du secteur, depuis sa base de Béziers, ce qui n’avait rien d’évident. Elle avait 300 MW en service début 2017, elle en aura 800 fin 2018. C’est une société de croissance et d’innovation, d’entrepreneurs et de « faiseurs », comme Direct Energie. Le rapprochement était assez évident.

« Il n’y a pas d’économies d’échelle à réaliser « 

GU : Comment se passe l’intégration ? Que comptez-vous modifier chez Quadran ?

AdL : Nous ne voulons surtout pas casser une machine qui fonctionne bien. Jérome Billerey ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.