Dans l’Hérault, un parc éolien de Valeco tourne sans permis de construire

Print Friendly, PDF & Email
Parc éolien de Cap Redounde © Valeco

C’est une nouvelle illustration des vicissitudes de l’éolien en France. Après une succession de recours, le Conseil d’État a rejeté pour la troisième fois le pourvoi d’Énergie Renouvelable du Languedoc (ERL), société de projet du groupe Valeco, contre l’annulation de son permis de construire par le tribunal administratif. Le parc situé aux Bernagues, près de Lunas (Hérault), comprenant sept éoliennes de 93 mètres de haut produisant 1750 kWh/an, a été mis en service en 2015.

Treize ans de procédures

L’histoire de ce parc est particulièrement mouvementée. En 2004, le projet reçoit son permis de construire de la préfecture de l’Hérault. Mais des associations [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’]de défense des animaux, dont la Ligue de protection des oiseaux (LPO), l’ont attaqué en justice, arguant de la présence d’un couple d’aigles royaux sur le terrain.

En 2011, la cour administrative de Marseille annule le permis, qui est ensuite « réaccordé » en 2013 selon le bulletin municipal de Lunas. L’opposition se se limite pas aux tribunaux et se porte aussi sur le terrain : en 2014, une vingtaine de militants enlève une cinquantaine de piquets du parc, qui entre malgré tout en service l’année suivante.

Peu de risques de démantèlement

La décision du Conseil d’État signe l’épilogue de ces treize années de procédures. « Nous n’avons plus d’autre option de recours », a indiqué Sébastien Appy, responsable du développement éolien et photovoltaïque de Valeco, à GreenUnivers.

Pour autant, malgré cette absence de permis de construire, Sébastien Appy ne s’inquiète pas d’un risque de démantèlement. Selon lui, le parc des Bernagues ne devrait pas connaître le même sort que la Compagnie du Vent, condamnée en 2013 à démanteler deux sites. « Pour que le juge civil autorise la démolition, il faut que les opposants démontrent que le projet est implanté sur une catégorie bien particulière de sites protégés et qu’il provoque un préjudice direct. Je ne sais pas comment ils pourraient arriver à le démontrer ».

Un soutien de l’Europe. Valeco a inauguré aujourd’hui une centrale solaire de 12 MW sur la commune de Decazzeville-Aubin (Occitanie). Elle s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre le développeur, la Banque européenne d’investissement (BEI) et un consortium de banques commerciales (Caisse d’Epargne CEPAC, Crédit Agricole du Languedoc et Unifergie-Groupe Crédit Agricole) et publiques (Bpifrance) mobilisant 220 M€ de garanties et de financements pour aider Valeco à construire et exploiter 185 MW de projets éoliens et solaires en France.

[/restrict-content]