Hauts-de-France : Chaumeca mise sur le nettoyage de biogaz

Print Friendly, PDF & Email
Colonnes pour méthaniseurs, rangées à l’horizontale. (Crédit : Cyrielle Chazal)

A Haubourdin (Nord)*. Dans les Hauts-de-France, la dynamique de la « Troisième révolution industrielle » (TRI), lancée en 2013, devrait faciliter la structuration de la filière méthanisation. Coup de projecteur sur Chaumeca, entreprise de chaudronnerie mécanique créée en 1958, spécialisée dans la conception, fabrication, mise en service et maintenance des équipements de traitement de l’air pour l’industrie. Elle se diversifie dans le nettoyage du biogaz.

A droite, des colonnes de purification de biogaz par lavage sont méthodiquement rangées à l’horizontale dans cette usine spécialisée dans le traitement de l’air et du gaz. A gauche, ces pièces en inox passent par l’atelier soudage. Dans quelques semaines, elles seront posées verticalement sur des châssis avant d’être installées sur des sites de méthanisation. Pour ...

atteindre les 12 mètres de haut, l’assemblage se terminera en extérieur. Bientôt, ces colonnes de lavage épureront 300 mètres cube heure de biogaz, avant que ce dernier ne soit compressé puis injecté sur le réseau.

Colonne pour méthaniseur, en cours d’assemblage dans l’usine Chaumeca, destinée au traitement de l’air et des gaz. Etant en inox, la pièce nécessite des compétences particulères en termes de soudage. (Crédit : cyrielle Chazal)

Virage EnR

Ailleurs dans l’usine, des pièces standardisées sont entreposées. Toutes ne sont pas destinées pas au secteur des énergies renouvelables : Chaumeca ne cible le biogaz que depuis 2012… A l’époque, le cours du brent recule dangereusement – la plupart des clients de Chaumeca travaillent alors dans les énergies conventionnelles. Les commandes sont en baisse. De son côté, l’ex-région Nord-Pas de Calais couve sa Troisième révolution industrielle. Pendant son virage EnR, Chaumeca rejoint la Biogaz Vallée puis le club ATEE Biogaz. Elle a notamment équipé de ses colonnes l’unité agricole Biogaz Pévèle, dans la ville voisine de Wannehain (voir photo ci-dessous).

Un technocentre pour la méthanisation.
Les Hauts-de-France ont lancé en juillet un appel à projets pour créer un technocentre régional dédié à la méthanisation. Un méthaniseur d’environ 250 nanomètre cube serait installé pour y tester diverses technologies. Au moins dix territoires ont retiré un dossier à ce jour. Les communautés de communes candidates ont jusqu’à juillet pour postuler. La mise en service est prévue pour 2021. Un autre centre d’essai est en préparation près de Troyes, dans l’Aube.

 

Unité de méthanisation agricole Biogaz Pévèle, à Wannehain (Nord). Elle fonctionne essentiellement grâce au fumier des 250 vaches de 4 exploitation partenaires et injecte 8 000 MWh par an sur le réseau.

La PME est devenue une ETI en 2012 suite à son rachat par AirFlux (250 salariés, objectif de 55 M€ de chiffre d’affaires en 2017). Le groupe basé à Lille propose des solutions de production d’air comprimé. Les deux entreprises sont donc complémentaires, en particulier sur le marché de la méthanisation puisque le biogaz doit être comprimé avant injection. Chaumeca cible un chiffre d’affaires de 12 M€ en 2017, contre 7 M€ en 2016. Elle compte une cinquantaine de salariés, dont une douzaine pour la partie bureau d’études.

Se lancer sur de nouveaux marchés EnR

Pour accentuer sa conversion aux EnR, Chaumeca espère se lancer prochainement sur le marché de la pyrogazéification. Le procédé implique de chauffer des déchets entre 900 et 1 200 degrés, en présence d’une faible quantité d’oxygène, afin de les convertir en gaz. Elle veut aussi se lancer dans la maîtrise d’injection de gaz sur le réseau. Un appel d’offres a été lancé sur ce sujet par GRDF et l’entreprise devrait se retrouver dans la liste des candidats.

*La visite des sites évoqués dans l’article s’est faite dans le cadre d’un voyage de presse.