En bref : les nouveaux tarifs pour le solaire bientôt publiés ?

Print Friendly, PDF & Email

Patience, le gouvernement travaille ! C’est en substance le message envoyé par le ministère de l’Ecologie alors que les mesures promises en faveur de la filière photovoltaïque tardent à se concrétiser. « L’arrêté du 4 mars 2011 sera […] très prochainement modifié pour mettre en oeuvre ces nouvelles mesures », indique le ministère dans une réponse écrite au député Charles de La Verpillière (Ain, UMP), publiée au Journal officiel du 30 octobre. Le calendrier reste donc très flou, mais au moins la méthodologie se précise (modification de l’arrêté tarifaire du 4 mars 2011) et le dossier ne semble pas enliser.

Le texte précise que « la politique du Gouvernement en faveur de la filière solaire devra être évaluée, comme l’ensemble des dispositifs de soutien, à la lumière de l’ambition d’engager une transition énergétique, dans le cadre du débat national qui s’ouvrira très prochainement ».

Dans la foulée de la Conférence environnementale du 14 septembre, le gouvernement avait annoncé l’augmentation « significative » des volumes cibles déclenchant une diminution des tarifs d’achat pour les installations de petite taille, inférieures à 100 kW, et promis de ralentir la baisse du tarif d’achat en plafonnant la baisse annuelle à 20%. Il avait également confirmé la bonification de 10% accordée aux installations utilisant des panneaux européens (mesure avancée par Nicolas Sarkozy au printemps dernier). Par la suite, le ministère de l’Ecologie a aussi décidé d’augmenter de 5% le tarif d’achat pour les installations inférieures ou égales à 100 kW. Mais la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a indiqué la semaine dernière qu’elle n’avait pas encore été saisie sur les nouveaux tarifs. De quoi susciter une certaine impatience dans la filière qui continue à souffrir, comme en atteste la récente faillite du fabricant de modules Auversun.

Article précédent[Exclusif] Deutsche Telekom veut se faire une place dans le compteur Linky (Premium)
Article suivantRexel confirme son virage vers l’efficacité énergétique (Premium)

3 COMMENTS

  1. Bonjour

    je fais écho au message de Nicolas Thévenin. Totalement d’accord, c’est l’enterrement d’une filière alors qu’il y a réchauffement climatique (avec augmentation de l’irridiation solaire) et qu’il y a clairement un gisement Français quasi totalement inutilisé. On peut se demander qui pilote le bateau au niveau de l’Etat au delà des beaux discours… En outre on nous bassine régulièrement du risque de coupure de courant en PACA qui s’avère être une des régions de France la plus ensoleillée. Cherchez la logique et le bon sens?????

  2. vivement la parité réseau pour en finir avec toute cette usine à gaz de subventions, crédit d’impôt, tarif de rachat et appel d’offre….l’auto consommation sera le maitre mot et alors les « petits » pourront revenir s’il ne sont pas mort !!

  3. Bonjour,

    Je m’étonne du fait que personne ne réagisse à une des mesures phare du projet d’arrêté à savoir une baisse de 20% du tarif T5 contre l’avis de la CRE qui proposait une baisse de 2,6% soit 10,24c€ contre 8,4c€ désormais.
    C’est la fin de tous les projets de plus de 100 kWc en tarif régulé en France et l’aboutissement de ce que l’on pressentait et que l’on pensait éviter avec ce nouveau gouvernement ; à savoir que désormais seuls les « gros » pourront développer des projets d’ampleur grâce aux appels d’offre.
    C’est bien, cela aura pris 5 ans à cloisonner un marché d’avenir et à évincer tous les nouveaux entrants, le corps des mines a bien travaillé. Pour les autres acteurs PME/PMI : circulez, il n’y a rien à voir…
    Merci aux Verts qui participent à ce pugilat et à la concentration induite de notre secteur.

    PS : aucun du mot du SER ni d’Enerplan sur le sujet, c’est stupéfiant…

    N.Thévenin,

Comments are closed.