Italie : le solaire en grave perte de vitesse

Print Friendly, PDF & Email

Après un carton plein l’an dernier, le photovoltaïque italien va s’assombrir cette année. Premier marché mondial en 2011 avec 9,3 GW connectés, l’Italie devrait repasser 2ème, derrière l’Allemagne, avec des installations photovoltaïques ne dépassant pas les 6 GW et pouvant même chuter sous les 2 GW, selon les estimations extrêmement variées rendues publiques ces derniers jours. Comme en 2011, aucun chiffre n’est certain sur ce marché.

Mais la tendance à la baisse est indubitable, un effet direct des nouvelles coupes de 30 à 55% (selon le type d’installation) dans les aides à la filière, que le gouvernement a imposées, après une longue période de faste, pour calmer les ardeurs du solaire, en raison de l’augmentation du prix de la facture d’électricité des ménages.

Les prévisions sont moroses en 2012 pour l’Italie. La puissance descendrait entre 3 et 6 GW en 2012 (3 à 4 GW pour le PDG de l’énergéticien national Enel Green Power, Franceso Starace) avant de se creuser en 2013 entre 1,5 et 3 GW, d’après les chiffres de l’association Epia (European Photovoltaic Industry Association). Plus pessimiste encore, Gerardo Montanino, directeur de GSE (Gestore Servizi Energetici), l’opérateur du réseau, estime que les installations pourraient ralentir à 1,5 – 2,5 GW en 2012, à cause de l’incertitude qui plane sur le marché. Car les premiers effets de la diète solaire imposée par le gouvernement Monti commencent à se faire sentir. D’autant que les nouveaux tarifs d’achat dans le solaire n’offrent aucune visibilité dans le pays après juillet 2012.

Moindre mal en Allemagne

Avec une nouvelle baisse programmée des aides au photovoltaïque au troisième trimestre 2012, l’Italie marche dans les pas de l’Allemagne et pourrait connaître le même destin industriel. Premier signe : Solarday, un installateur italien de modules photovoltaïques en silicium qui emploie 140 salariés, a annoncé en avril qu’il mettait la clé sous la porte. En Allemagne, après les faillites en séries de Solon, Solar Millennium et plus récemment Q-Cells, le marché semble pourtant profiter d’une ultime aubaine avant les nouvelles baisses des subventions. Ainsi, l’Allemagne a installé 1,8 GW de photovoltaïque au premier trimestre 2012, trois fois plus que l’an dernier sur la même période, lui assurant une bonne longueur d’avance sur l’Italie.

La diminution de moitié du marché italien nuira à tous les fabricants et installateurs qui s’étaient engouffrés sur ce marché, attirés par des tarifs d’achat très généreux, notamment les géants américains SunPower et First Solar, les chinois Suntech Power et Trina.

La baisse de la demande de panneaux en Europe ainsi que l’explosion de la production dans le monde – et surtout en Asie – avaient entraîné une nouvelle baisse des prix de vente des panneaux en 2011 dans le monde, en raison notamment de vente à prix cassés par de nombreux fabricants chinois.