EDF Energies Nouvelles et First Solar créent une usine de cellules à couches minces en France

Print Friendly, PDF & Email

couches-mincesC’est un pas dans la mise en place d’une filière industrielle solaire en France. First Solar, le premier fabricant américain de panneaux solaires, et le producteur d’électricité à base d’énergies renouvelables EDF Energies Nouvelles (EDF EN) vont investir plus de 90 millions d’euros dans la construction d’une usine de cellules photovoltaïques à couches minces dans le sud de la France. Les deux partenaires partageront les coûts d’investissement et de démarrage mais c’est First Solar qui assurera l’exploitation du site. Des subventions publiques seront accordées, notamment des aides à l’emploi, mais on en ignore encore le montant.

L’usine aura une capacité de production initiale de plus de 100 MW par an et emploiera entre 300 et 350 salariés. Pendant dix ans, l’intégralité de la production sera réservée à EDF EN.

Le lieu d’implantation n’est pas encore officiellement choisi, mais plusieurs sites sont actuellement à l’étude dans le sud de la France, notamment Saint-Auban, dans les Alpes de Haute-Provence, là où le projet Silpro d’une usine de silicium (aujourd’hui quasi enterré) devait être développé. Le choix devrait être fait d’ici à fin 2009 pour un début de construction en 2010 et de production en 2011.

Ce sera la plus grosse usine de panneaux photovoltaïques de France, où il n’existe pas de filière industrielle dans ce domaine. Un récent rapport du cabinet PricewaterhouseCoopers suggérait d’ailleurs de spécialiser le pays dans la technologie des couches minces, de simples couches de métal déposées sur des supports flexibles, une technologie qui a le vent en poupe.

EDF EN mise beaucoup sur cette technologie des couches minces qui équipe aujourd’hui entre 80 et 90% de ses centrales au sol. La filiale d’EDF la juge plus compétitive à moyen terme que le silicium, malgré la forte baisse des prix des panneaux au silicium ces derniers mois. EDF EN anticipe en effet une remontée des prix du silicium dans les prochains mois, selon l’un de ses dirigeants.

Dans ce domaine, First Solar, fondée en 1999, est le leader mondial avec une technologie à base de tellurure de cadmium. Il annonce une capacité de production de 1,2 GW fin 2009 et un chiffre d’affaires de 1,2 milliard de dollars. L’entreprise, qui produit beaucoup en Malaisie, a réussi à abaisser le coût de fabrication à moins de 1 dollar le watt en début d’année, ce qui permet de rendre l’électricité d’origine solaire proche du niveau de l’électricité à base d’énergies fossiles.

First Solar est déjà le premier fournisseur de panneaux solaires d’EDF EN (1 milliard d’euros de CA). « Au-delà des contrats spot et à moyen terme, nous avons besoin de sécuriser nos approvisionnements sur le long terme à des coûts compétitifs. L’accord avec First Solar va dans ce sens », explique l’un des dirigeants d’EDF EN. L’entreprise française, qui ambitionne de devenir l’un des leaders mondiaux dans la production solaire dans le monde en s’appuyant sur une base solide en France, est par ailleurs le premier client de First Solar.

EDF EN a un autre fournisseur aux Etats-unis, l’entreprise Nanosolar, spécialisée également dans la technologie des couches minces mais à base de CIGS (cuivre indium gallium sélénium) : le groupe français a investi 50 millions de dollars l’année dernière dans Nanosolar via sa filiale EDF Energies Nouvelles Réparties. Un investissement pas uniquement destiné à renforcer ses approvisionnements car Nanosolar pourrait devenir un partenaire pour EDF EN pour développer des centrales solaires aux Etats-Unis, alors que dans ce domaine, First Solar fait figure de concurrent puisqu’il développe déjà ses propres projets sur le sol américain. First Solar a d’ailleurs racheté en mars dernier tous les projets de centrales solaires de la start-up américaine OptiSolar qui, en échange, a pris près de 4% de son capital.