La Chine et la Bulgarie investissent dans la voiture électrique

Print Friendly, PDF & Email

20090519-6La Chine multiplie les initiatives dans le domaine de la voiture électrique.  Alors que le constructeur chinois BYD a lancé la première voiture électrique de masse fin 2008 et vient d’annoncer un accord avec Volkswagen pour développer des véhicules hybrides ou électriques, le bulgare Litex Motors et le chinois Great Wall Motor Company célèbrent leur union dans une joint-venture à Lovech, ville bulgare qui accueillera une usine dédiée à la production de véhicules électriques. Créant dans un premier temps 1 000 emplois, l’usine a nécessité un investissement de 80 millions d’euros.

Wan Gang, ministre des sciences et des technologies chinois, s’est fixé un objectif de 60 000 voitures à basse consommation circulant sur les routes chinoises d’ici à 2012, composées à 95% de voitures hybrides. Encouragés par les plans des grands constructeurs mondiaux (voir notre annuaire des voitures électriques), Ji Xiaonan, président de la SASAC, pense en effet que l’ère de la voiture à propulsion « alternative » devrait arriver plus tôt qu’attendu : un million de véhicules hybrides ont déjà été vendus de part le monde, alors que la production de masse à l’échelle mondiale de véhicules à zéro-émission est maintenant attendue pour 2015, soit 10 ans plus tôt que ne l’indiquaient les anciennes prévisions. De quoi convaincre les officiels de mettre les officiels d’investir ce marché.

Un projet pilote d’utilisation de ces véhicules est composé de 12 villes chinoises, qui utiliseront des véhicules hybrides ou 100% électriques pour les transports publics, les besoins administratifs, les services postaux et autres services de la ville. Des initiatives fiscales très volontaristes commencent également à voir le jour. Par exemple, une prime de 43 000 yuans (4 400 €) sera accordée à tout acheteur de véhicule hybride à tout citoyen de la ville de Chongqing : une première.