Volkswagen s’appuie sur le chinois BYD pour les voitures électriques

Print Friendly, PDF & Email

logos-byd-vwDans l’automobile aussi, la Chine apparaît comme le pays d’avenir des cleantech, même pour les plus  grands constructeurs européens: l’allemand Volkswagen vient d’annoncer une coopération avec le constructeur chinois BYD — celui sur lequel a parié Warren Buffett — pour fabriquer des voitures hybrides ou électriques.

Créée en 1995, BYD (pour « Build your dreams »), au départ un fabricant de batteries standards pour téléphones portables et autres appareils électroniques, est devenu en quelques années le 2ème producteur mondial de batteries au lithium-ion, puis s’est lancé dans la construction automobile depuis 2003, quasiment ex-nihilo. Et il a pourtant le premier du monde sorti une voiture électrique de masse fin 2008, coiffant les Occidentaux au poteau.

Les deux patrons, Martin Winterkorn (VW) et Wang Chuanfu (BYD) viennent de signer une lettre d’intention où ils prévoient en particulier de coopérer dans des voitures aux batteries lithium-ion.

Engagés dans une véritable course pour sortir les premiers des modèles électriques, les grands constructeurs veulent tous accélérer et essaient des partenariats : ainsi l’allemand Daimler vient de débourser près de 50 millions de dollars pour  racheter 10% de Tesla, le petit (mais très ambitieux) fabricant californien de voitures de sport électriques.

Mais son alliance avec BYD donne aussi à VW un potentiel accès au marché chinois, qui pourrait se révéler un eldorado des voitures électriques, grâce aux efforts d’infrastructures du gouvernement, qui déploie des stations de recharge électriques dans les plus grandes villes du pays.

« En particulier pour le marché chinois, des partenaires potentiels comme BYD pourraient nous aider à étendre largement nos activités », explique dans le communiqué Ulrich Hackenberg, membre du directoire de VW. La Chine est déjà le deuxième marché pourVolkswagen derrière l’Allemagne.