La Chine, le vrai leader mondial des cleantech

Print Friendly, PDF & Email

eolienneschinaQu’il s’agisse de production d’éoliennes, de panneaux solaires et maintenant de batteries pour les voitures électriques (et même de voitures électriques elles-mêmes), la Chine est désormais le leader mondial toutes catégories. A tel point qu’elle profitera au premier chef des plans de relance « verts » des Etats-Unis, de l’Europe et du Japon.

Côté éolien, les fabricants chinois – et filiales chinoises de groupes occidentaux – de composants pour éoliennes sont désormais les leaders mondiaux : ils ont fourni plus de 56% des équipements mondiaux fin 2007, selon le Global Wind Energy Council (GWEC), contre 41% en 2006. Et leur part de marché devrait augmenter significativement à l’avenir. Leur capacité de production atteint environ 8 GW et devrait grimper à 12 GW en 2010, selon le GWEC.

Ils commencent en 2009 à exporter leurs pales aux Japon et en Europe, et comptent bien fournir bientôt les Etats-Unis.

Le pays comptait, fin 2007, 40 gros producteurs de composants comme Goldwind et Sinovel Wind, les deux plus grands, mais aussi Dongfang, Windey ou encore Sewind.

Le marché mondial de la fabrication pèse déjà 8,6 milliards de dollars par an, dont Sinovel serait le numéro un, alors qu’il n’était que dixième en 2007, selon son partenaire américain AMSC.

Cette semaine, General Electric, l’un des plus gros fabricants mondiaux d’éoliennes, a annoncé de grandes ambitions pour accroître ses livraisons sur le marché chinois, le marché qui connaît le plus rapide développement mondial.

Mais, comme ses rivaux Gamesa et Vestas, qui eux aussi ont récemment remporté de gros contrats en Chine, General Electric précise que le matériel livré en Chine sera fabriqué… dans ses usines chinoises.

GE a annoncé qu’il allait doubler ses livraisons d’éoliennes en Chine en 2009, à 320 unités, contre 159 en 2008. Et il compte encore les doubler à 600 en 2010,  a indiqué au Shanghai Daily, Steve Fludder, un responsable du groupe.

GE a annoncé le mois dernier que sa filiale en Chine, GE Transportation System Group, allait démarrer une usine de rotors et multiplicateurs de vitesse dans le  Hunnan, pour un investissement de 40 millions de dollars, en coopération avec A-Power Energy Generation Systems. Ce sera l’une des plus grosses d’Asie.

Dans les rotors, le chinois China High Speed Transmission Equipment Group a conquis 90% du marché intérieur chinois depuis 2004. Il est l’un des fournisseurs habituels de GE, qui a pris 3,61% de son capital.

De son côté, l’espagnol Gamesa a remporté, fin décembre, une commande de 295 MW d’éoliennes de la compagnie d’énergie chinoise Longyuan Electric Power Group Corporation : 347 unités de Gamesa G5X-850 kW, mais fabriquées dans sa filiale chinoise.

Le mois dernier, le leader mondial des éoliennes, le danois Vestas, a décidé d’accroître massivement sa production en Chine en investissant plus de 350 millions de dollars sur son site de Tianjin. Vestas China a déjà annoncé, fin décembre, avoir obtenu des commandes de 100 MW de la part du développeur chinois de parcs éoliens China Guangdong Nuclear Wind Power Company, ce qui a fait de Vestas China le premier fournisseur étranger en Chine. Vestas possède aussi un site en Mongolie et, au total, emploie déjà 1.800 personnes dans le pays.

Dans la même tendance, le gros producteur américain de systèmes électriques pour éoliennes, American Superconductor Corporation, qui lui aussi a installé des usines en Chine, vient d’annoncer que sa filiale chinoise AMSC avait, pour la première fois, commencé à livrer directement des composants aux fabricants chinois d’éoliennes, en particulier au géant Sinovel.

L’américain TPI Composites fait également fabriquer ses pales d’éoliennes en Chine. Son site chinois fournit  les éoliennes de General Electric.

Vers un leadership aussi en production d’énergie éolienne: la Chine veut d’ici 2010 plus que doubler sa production d’énergie éolienne par rapport aux 12 GW installés à la fin 2008, ce qui ferait d’elle le numéro 2 mondial derrière les Etats-Unis, passant devant l’Allemagne et l’Espagne, selon le GWEC. Ses aides aux parcs éoliens sont conditionnées à l’utilisation d’éoliennes produites à 70% localement. Elle compte installer ses turibins surtout dans les région de Mongolie intérieure,Hebei et JiangsuLire la suite…