L’indicateur boursier GreenUnivers des valeurs vertes du 15 au 22 mai : + 3,48%

Print Friendly, PDF & Email

Comme chaque vendredi, retrouvez notre indicateur boursier « GreenUnivers des valeurs vertes » et les commentaires de notre analyste, Sabine Burlot. (Cotations arrêtées le jeudi 21 mai au soir. Cliquer ici pour en savoir plus sur la méthodologie)

Après un début de semaine marqué par la bonne orientation boursière, le marché s’est replié jeudi, réagissant à la publication des dernières statistiques américaines

Dans ce contexte, le portefeuille GreenUnivers a enregistré une progression de  3,48% (25,78% par rapport à sa création début avril). Une performance attribuable notamment au  retour des poids lourds de l’environnement VEOLIA (+7%), Suez Environnement (+6,26%), EDF Energies Nouvelles (+5,77%), Iberdrola Renovable (+6,25%).

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir
Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

Rappelons que Suez Environnement a révélé, fin avril, des résultats mitigés pour le compte du premier trimestre (recul de l’activité de 2,7% en partie imputable à la résilience décevante de l’activité déchets). Le groupe a néanmoins réaffirmé ses objectifs pour l’année, à savoir une légère croissance du chiffre d’affaires et de l’Ebitda ainsi qu’une priorité donnée à la rentabilité et à la croissance des cash-flows libres.
Une publication reçue  différemment  selon les acteurs de la finance : CM-CIC Securities reste à conserver mais a abaissé son objectif de cours de 12,70 euros à 11,50 euros, après avoir légèrement ajusté ses estimations de chiffre d’affaires et de marge pour le division Propreté pour 2009.

Goldman Sachs, pour sa part, a relevé son avis de neutre à achat et rehaussé son objectif de cours de 14 à 17 euros marquant «  des résultats qui se sont normalisés dans la phase actuelle d’amélioration de l’économie ». Citons également Morgan Stanley qui reste à neutre sur la valeur (objectif de cours à 15€) estimant prématuré, à ce stade du cycle économique, de jouer une reprise.

La plupart des analystes semblent néanmoins s’accorder sur un point : tout signe d’amélioration de la production industrielle en Europe, donc de reprise des quantités de déchets collectés et la remontée des prix des matières premières recyclées serait favorable aux activités déchets du groupe. Ce qui est vrai aussi pour Veolia.

Une semaine chargée pour EDF Energies Nouvelles qui après avoir publié un chiffre d’affaires consolidé, en croissance de 66,4 % à 231,8 millions € au premier trimestre (forte progression de la production d’électricité d’origine éolienne + 39,1 %) vient d’annoncer la signature d’un partenariat avec le danois Greentech Energy Systems A/S. La société française met 63 millions d’euros sur la table pour prendre 50% du plus gros parc éolien d’Italie. Ce parc aura une puissance installée de 98,9 MW. Sa mise en service est prévue fin 2009.

Vers  l’amont (plus cyclique) de la filière éolienne, les deux acteurs majeurs Vestas et Gamesa tirent toujours profit de l’amélioration des perspectives (prévisions récemment publiées) avec des croissances de cours respectives de  +5,75%et +7,54%.

A souligner la très bonne résistance en dernière séance de Strategeco Solar qui mène actuellement une première augmentation de capital de 2,5 millions d’euros, par un placement privé auprès d’investisseurs qualifiés et d’institutionnels. Une deuxième étant prévue en juillet-septembre pour un même montant. Ces nouveaux fonds doivent permettre à la jeune société de développement solaire de construire de nouvelles centrales photovoltaïques, en France métropolitaine.

Très bonne tenue également de Voltalia (+7 ,69%). Cette jeune start-up de l’énergie nouvelle, investie dans l’éolien, le solaire, la biomasse, se lance dans ce qui pourrait être le deuxième plus gros projet mondial: une centrale photovoltaïque au sol de 104 MW dans le Midi, soit autant que tout le solaire photovoltaïque installé en France en 2008.

Côté sous performance, citons Aurea (-12%)  qui a vu son chiffre d’affaires presque divisé par deux (-49%) à 10,6 millions d’euros au 31 mars 2009. Le spécialiste du recyclage a dû faire face tout à la fois à des annulations de commandes des clients sans précédent, à des déclassements « violents » des ratings/clients par les assureurs crédit, à la chute des ventes de gazole en raison des cours du pétrole bas, et à la météorologie défavorable en début d’année qui a également perturbé les approvisionnements. Le groupe reste un peu plus optimiste pour la suite de l’exercice.