Fin de partie pour Silpro

Print Friendly, PDF & Email

Comme nous l’avions annoncé, fin de partie pour le projet Silicium de Provence (Silpro) : dans un bref communiqué, le groupe EDF Energies Nouvelles, la filiale d’EDF qui détenait 12,8% du projet, a annoncé que Silpro a été placé en redressement judiciaire cette semaine. Le principal financeur de ce projet poussé par l’Etat français était une joint venture entre le néerlandais E-Concern et le fabricant allemand de panneaux solaires photovoltaïques Solon.

Explication d’EDF EN : la baisse de la demande de silicium et la crise financière. EDF EN précise avoir investi 19 millions d’euros dans Silpro, ce qui signifie que l’engagement total des bailleurs de fonds était de 148 millions. Dommage non seulement pour les quelque 130 salariés licenciés par le groupe chimique Arkema et qui espéraient retrouver un emploi à Silpro, comme on le leur avait promis, mais aussi au regard des investissements massifs dans d’autres fabricants de silicium qui eux n’ont visiblement pas eu de problèmes pour trouver des fonds, que ce soit en Europe du Nord ou en France auprès de grands acteurs comme GDF Suez et Total.

Les élus et les syndicats ont obtenu un rendez-vous à l’Elysée. Et Jean-Louis Borloo et Hubert Falco, secrétaire d’État à l’Aménagement du territoire, ont annoncé « l‘implantation, à proximité de Cadarache, d’une unité de 130 agents de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) », selon La Provence. Des projets donc non pas solaires, mais liés au nucléaire.