Fin de partie pour Silpro

Print Friendly, PDF & Email

Comme nous l’avions annoncé, fin de partie pour le projet Silicium de Provence (Silpro) : dans un bref communiqué, le groupe EDF Energies Nouvelles, la filiale d’EDF qui détenait 12,8% du projet, a annoncé que Silpro a été placé en redressement judiciaire cette semaine. Le principal financeur de ce projet poussé par l’Etat français était une joint venture entre le néerlandais E-Concern et le fabricant allemand de panneaux solaires photovoltaïques Solon.

Explication d’EDF EN : la baisse de la demande de silicium et la crise financière. EDF EN précise avoir investi 19 millions d’euros dans Silpro, ce qui signifie que l’engagement total des bailleurs de fonds était de 148 millions. Dommage non seulement pour les quelque 130 salariés licenciés par le groupe chimique Arkema et qui espéraient retrouver un emploi à Silpro, comme on le leur avait promis, mais aussi au regard des investissements massifs dans d’autres fabricants de silicium qui eux n’ont visiblement pas eu de problèmes pour trouver des fonds, que ce soit en Europe du Nord ou en France auprès de grands acteurs comme GDF Suez et Total.

Les élus et les syndicats ont obtenu un rendez-vous à l’Elysée. Et Jean-Louis Borloo et Hubert Falco, secrétaire d’État à l’Aménagement du territoire, ont annoncé « l‘implantation, à proximité de Cadarache, d’une unité de 130 agents de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) », selon La Provence. Des projets donc non pas solaires, mais liés au nucléaire.

Article précédentLes stars montantes de la voiture électrique
Article suivantDes voitures moins polluantes en France

4 COMMENTS

  1. Deux articles à rapprocher ?

    1. ‘Fin de partie pour Silpro’. Silpro ? C’est un partenaire clé dans le sous lot 1.2 du projet Solar Nano Crystal (enveloppe du projet de près de 200 M€) sous la dénomination ‘Silicium Charge Synthèse’. Il s’agit d’améliorer le procédé d’un point de vue énergétique, coût et pureté recherchée en fonction des coûts. Des études théoriques et expérimentales pour 5 ans.

    2. Un silicium à bas coût au CEA procédé de purification du silicium métallurgique par divers procédés expérimentaux de purification et passivation. C’est le procédé Photosil et le sous-lot 1.1 du projet Solar Nano Crystal intitulé ‘Silicium charge métallurgique purifié plasma’.

    La ligne pilote de 25MW LabFab devait servir à caractériser ces deux procédés.

    Est-ce à dire que la filière chimique est abandonnée au profit d’un procédé beaucoup plus audacieux voire incertain ? Délaissant l’amélioration continue, a-t-on décidé de s’engager dans des voies avancées (passage du silicium massique au silicium nano-structuré) et moins abouties ? Pour indication, lors des 2èmes rencontres – photovoltaïque le 25 mars 2009 à Paris, Photosil a été présenté mais pas un mot de l’intérêt de Silpro ‘recherche et application’ dans l’amélioration des procédés d’obtention du silicium solaire à base des tétrachlorosilanes. La messe est dite ?

    Avec Silpro, ce n’est pas simple. Sans Silpro, est-ce que ça ne serait pas encore moins simple et plus incertain ? S’agit-il d’une décision prise dans l’arrière scène, un choix complexe, pris rapidement en moins de trois mois et pas vraiment en transparence…

    En plus sur le site d’Investir.fr, on lit que le directeur général d’EDF Energies Nouvelles David Corchia déclare qu’il ‘poursuivrait sa stratégie en amont avec ou sans SilPro.’ Investissements qui continuent dans cette filière amont et titre d’EDF EN qui reste stable. La messe est dite ?

Comments are closed.