Surproduction oblige, le prix du silicium puis des panneaux solaires va dégringoler

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email

Le prix du silicium polycristallin, le matériau de base des cellules photovoltaïques classiques – que l’on tire du sable, ultra purifié – ne cesse de chuter sous l’effet d’une surproduction. Le cours est tombé de 450-500 dollars le kilo mi-2008, un record, à environ 200 dollars en novembre, retrouvant le niveau de 2007. Les fabricants de cellules et panneaux solaires essaient de renégocier leurs contrats, et eux aussi vont finalement réduire leurs prix.

Zhengrong Shi, le PDG du groupe chinois Suntech Power Holdings, premier fabricant mondial de cellules et panneaux solaires, a prédit dans une interview que son groupe pourra diminuer de 20 à 30% ses prix en 2009 par rapport aux prix du 3e trimestre 2008, grâce à la baisse du prix du silicium. Et selon lui le secteur dans son  ensemble pourra abaisser ses prix de moitié dès 2013.

Selon Jeff Osborne, de Thomas Weisel Partners, le prix du contrat spot devrait tomber sous les 100 dollars le kilo d’ici fin 2009 et entre 50 et 80 dollars en 2010. Selon le cabinet iSuppli, la production va gonfler de 5,7 GW en 2008 à 19,4 GW en 2010 et 37,6 GW en 2012.

C’est un changement important de modèle économique, après 4 ans de hausse du polysilicium qui était rare et cher. L’industrie photovoltaïque est désormais la première consommatrice de silicium et absorbe plus de la moitié du volume produit, devant le secteur informatique.

Le cours de MEMC Electronic Material, l’un des gros producteurs de silicium, a chuté de 26% la semaine dernière. Ses rivaux, l’allemand Wacker Chemie et le norvégien Renewable Energy risquent d’être à leur tour en baisse. Et de plus petits sont en très nettes difficultés, comme le français Silpro, un site créé en 2006 par le français Photon Power technologies (PPT) qui compte EDF Énergies nouvelles comme actionnaire minoritaire, le groupe néerlandais d’énergies renouvelables Econcern, le norvégien Norsum et le spécialiste allemand de l’énergie solaire Solon, avec le soutien de l’Ademe.

Actuellement le projet de Silpro est embourbé faute de financements, et l’Etat pourrait décider d’utiliser le nouveau fonds souverain pour le soutenir.

L’engouement pour le solaire a été tel que des dizaines de producteurs de silicium (une soixantaine) ont surgi ces deux dernières années, surtout en Chine, alors que jusque là une poignée (sept) produisaient 90% du total (Hemlock, Wacker, REC, Tokuyama, MEMC, Mitsubishi et Sumitomo).

Au lieu de la pénurie qui régnait jusqu’ici, l’offre de silicium sera excédentaire vers 2010.

La production va doubler en 2009, alors que la demande augmentera « seulement » de 34%, toujours selon iSuppli, et dans deux ans l’offre dépassera la demande, avec une aggravation de la situation vers 2012. Les producteurs asiatiques produiront environ 40% du total, contre 30% actuellement.

A parti de 2012, l‘effondrement prévisible des prix du silicium entraînera des consolidations parmi les quelque 70 producteurs du secteur.

Pour les producteurs de cellules et de panneaux solaires, c’est l’aubaine… d’autant que l’achat de silicium représente la moitié de leurs dépenses. Mais à cause de la crise financière, la demande de panneaux solaires s’est ralentie.

Le prix des panneaux, qui a monté au cours des 9 premiers mois de 2008, devrait baisser de 15% au 4e trimestre, selon le cabinet Friedman, Billings Ramsey & Co, alors même que tous les constructeurs ne bénéficieront pas de la baisse du silicium : une partie d’entre eux a conclu des contrats pour plusieurs années, et ne peuvent renégocier immédiatement les prix.