Eolien : les turbiniers asiatiques deviennent une alternative

Print Friendly, PDF & Email
(c) Goldwind

*Article modifié le 14 octobre pour apporter des précisions de Vensys sur le contrat avec RES.

Difficile de rater les stands des turbiniers au colloque national éolien organisé par la FEE qui se tenait aujourd’hui à Paris. Les grands fabricants européens doivent justifier leurs récentes hausses de prix aux développeurs tandis que face à eux, certains acteurs asiatiques continuent à jouer leur propre partition avec de premiers succès. Les particularités du marché français se montrent propices aux petites turbines qu’ils continuent à produire, contrairement à la plupart des concurrents occidentaux.

Vensys remporte un parc en France

Le chinois Goldwind est présent en Europe au travers de sa filiale allemande Vensys Energy dont il détient 70% du capital. Cette dernière a signé son troisième contrat en France. Après avoir équipé en 2017 un parc éolien de 9 MW à Soissons Leury dans le nord du pays, et un autre en 2018 de 3 MW à Vaux-Andigny l’entreprise a remporté le repowering du parc éolien de RES dans l’Aude (16 éoliennes de 1,5 MW). « Ce projet est directement impacté ...

Article précédentLes échos du colloque de France Energie Eolienne
Article suivantL’échec en trompe-l’œil de la chaleur renouvelable en 2020