Eolien flottant en Bretagne : les stratégies se dessinent

Print Friendly, PDF & Email
(@JPP)

« C’est une aventure », formule François Daumard, président du développeur Valeco-EnBW France pour décrire le futur parc éolien flottant breton de 250 MW au large des îles de Groix et Belle-Ile à mettre en service avant 2029 – la première version du cahier des charges proprement dit étant attendu dans les prochains jours. Une aventure technique, industrielle, organisationnelle et même politique que le consortium formé par Valeco-EnBW avec Shell-Eolfi et la Banque des territoires, baptisé “Moulin du Mervent” est décidé à mener jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à la victoire à l’appel d’offres public, fin 2022.

D’ici là, le programme est chargé, comme l’est celui des neuf autres compétiteurs présélectionnés la semaine dernière par le ministère de la Transition écologique. La plupart sont présents à la nouvelle édition du salon Seanergy organisé cette semaine à Nantes, de même que de nombreux fournisseurs – dont de nouveaux exposants comme le constructeur réputé Mammoet –  et les régions concernées par les appels d’offres éoliens offshore, la Bretagne et la Normandie en premier lieu. L’événement tombe ...

Article précédentLhyfe signe un partenariat pour l’hydrogène en mer
Article suivantEnergies marines : les indiscrets de Seanergy