« L’argent reste très peu cher pour les EnR » [Stéphane Pasquier]

Print Friendly, PDF & Email

Entretien avec Stéphane Pasquier, directeur général de BPCE Energeco – groupe BPCE

Stéphane Pasquier (© BPCE Energeco)

Alors que la menace d’une remontée des taux d’intérêt inquiète les développeurs, Stéphane Pasquier estime très improbable une forte augmentation même s’il n’exclut pas une petite hausse. Pour ce financier historique du secteur, il y a toujours un excès de liquidité par rapport au nombre de projets soumis. Il commence à financer des CPPA en mutualisant les projets et étudie de nouveaux secteurs comme la mobilité et l’hydrogène qui nécessitent des modèles de financement innovants.

GreenUnivers : Quel bilan dressez-vous du marché français des EnR ?

Stéphane Pasquier : Le marché du financement n’a pas souffert de la crise sanitaire. Il y a toujours un excès de liquidité par rapport au nombre de dossiers à financer. De notre côté, nous avons été très actif en 2020, avec plus de 500 M€ de dette arrangée dans les énergies renouvelables via 35 transactions. Néanmoins, je regrette la faible proportion de projets greenfield. Dans l’éolien, c’est clairement lié ...