Bornes : la charge rapide veut profiter de l’allant de la grande distribution

Print Friendly, PDF & Email
(@IES-Synergy)

Michel-Edouard Leclerc, président du comité des centres Leclerc, Dominique Schelcher, PDG de Système U, les cadres dirigeants de Lidl et GreenYellow (Groupe Casino) ont paraphé, lundi 12 octobre, l’engagement de leurs entreprises à concourir au plan gouvernemental « 100 000 bornes » de charge de véhicules électriques. Le signe que la recharge « à destination », près des commerces et lieux de loisirs devient un sujet essentiel, à côté de celle à domicile ou sur la voirie, les parkings et les axes routiers.

Il est trop tôt pour savoir comment vont s’organiser et être attribués les marchés : les enseignes vont-elles créer leurs propres sociétés d’exploitation de « carburant » électrique, recourir à la location comme le propose ZeBorne (Proxiserve) ou un spécialiste du leasing tel que Realease Capital, coopéreront elles en marque blanche avec ces opérateurs confirmés que sont Izivia ou Engie, Bouygues Energies & Services, Spie ? Comment sera financé le reste à charge en complément des certificats d’économies d’énergie sous programme Advenir2 ? 

Une chose est sûre : ce créneau va être disputé et les fournisseurs de bornes, qui prennent des options de long terme sur leurs programmes de R&D et leurs outils de production, ne s’y trompent pas. Certains l’ont anticipé : « Nous avons été les premiers à croire à ce marché, notre borne de 24 kW était déjà destinée aux centres commerciaux », affirme Jean-Benoît Moreau, directeur du marketing d’IES-Synergy.

Une recharge le temps du shopping

Ce ...