« Nous proposons une avance sur les économies d’énergie garanties » [O. Hajji, GreenYellow]

Print Friendly, PDF & Email
Otmane Hajji (@GreenYellow)

Entretien avec Otmane Hajji, président de GreenYellow –

Comment passer au mieux l’année 2020 et aider ses clients à y parvenir aussi ? La filiale énergétique du groupe Casino ne manque pas d’idées en la matière et va proposer des solutions concrètes, dans le cadre d’opérations d’efficacité énergétique et d’autoconsommation solaire. Mais pour favoriser la reprise et la conjuguer avec la transition énergétique, Otmane Hajji plaide pour une simplification administrative rapide en France.

GreenUnivers : Quel sera l’impact de la crise Covid-19 sur GreenYellow en 2020 ?

Otmane Hajji : En interne, nos 300 collaborateurs sont en télétravail et la numérisation de nos outils, menée dans la décennie 2010, nous a permis de maintenir intact notre fonctionnement. Le confinement a néanmoins gelé des chantiers, comme notre centrale solaire de 5 MW à Magny-Cours (Nièvre), nos projets en Colombie ou en Thaïlande. Le mois de mai marque un retour à la normale mais le décalage des calendriers aura un effet sur l’année. Nous anticipions un Ebitda ...

d’environ 100 M€ contre 70 M€ en 2019. La crise devrait avoir un impact négatif de 15 à 20 M€ sur cette prévision. Au plan économique, cette crise est une épreuve pour tous les acteurs. Elle est aussi une source d’opportunités.

GU : Lesquelles ?

OA : Nos clients ont pour obsession légitime de faire rapidement des économies. Nous les aidons à en réaliser tout de suite, dans l’énergie. Par exemple, grâce à un changement de système de climatisation qui fait chuter de 30% la consommation d’électricité d’un site ; ou bien via une installation solaire locale, source là aussi de gains sur la facture, sachant que GreenYellow se charge dans tous les cas de porter l’investissement. Mais nos offres vont aller plus loin. Nos clients vont pouvoir « upfronter » les économies d’énergie futures, c’est-à-dire bénéficier de la totalité tout de suite plutôt que sur une longue période. Ce sera une avance sur ces économies que nous garantissons dans nos contrats. Elle est conçue pour aider nos partenaires à se relancer. Nous proposerons la même solution pour la production solaire, avec une perception immédiate des gains générés sur les achats d’électricité. Certains de nos clients existants pourront aussi en bénéficier, s’ils acceptent de nous céder leurs actifs de production en passant d’un contrat de type EPC* à un PPA**. C’est une approche concrète, utile de la relance « verte ». Laquelle est un sujet économique, à ne pas confondre avec un concept « écolo ».

« Nos clients vont pouvoir « upfronter » les économies d’énergie futures »

GreenUnivers : Vos clients ne vont-ils pas avoir surtout tendance à réactiver leurs achats de gaz et de gazole bon marché plutôt que des opérations d’efficacité énergétique et d’autoconsommation solaire ?

OA : Je ne le pense pas, car l’électricité décentralisée est à la fois peu affectée par la baisse du prix des énergies fossiles et génére structurellement des économies. Il ne faut pas confondre matrice énergétique et matrice électrique, en particulier lorsqu’elle est peu carbonée, donc peu influencée par les fossiles, comme c’est le cas en France ou au Brésil. En outre, le prix de l’électricité centralisée est certes formé par l’énergie, mais aussi par le transport, la distribution et les taxes.

Le confinement profite à GreenYellow Energie

Lancée en 2016 et en partenariat depuis 2017 avec CDiscount, l’offre d’électricité verte de GreenYellow a bénéficié du succès du e-commerce et de la disponibilité des particuliers pendant la période du confinement. Un doublement du portefeuille – 100 000 clients fin 2019 – reste attendu pour la fin de l’année, confirme Otmane Hajji. Le chiffre d’affaires de la fourniture d’énergie n’est pas intégré dans celui communiqué par GreenYellow pour ses activités en 2019. En l’occurrence 320 M€, pour un Ebitda de 70 M€. Le pipe atteint 450 MW, dont 75% à l’international ; la file d’attente a triplé en douze mois. GreenYellow compte 250 MW en production, dont un tiers détenu en propre et le solde avec des partenaires majoritaires.

GU : Que devient votre association avec Engie dans l’autoconsommation par l’intermédiaire de votre société commune Reservoir Sun ?

OA : C’est une réussite et nous allons maintenant nous tourner vers l’international. En un an nous avons sécurisé 100 MW de projets, constitué un pipe de 300 MW et une équipe de 40 personnes. Nous avons des grands clients privés comme Metro et Air France, publics tels que Saint-Etienne, la métropole de Bordeaux, la ville du Mans, des hôpitaux… Une multitude de clients d’Engie interrogent Reservoir Sun pour décentraliser et verdir leur consommation. L’offre est compétitive et nos interlocuteurs l’ont bien vu. Mais on pourrait faire plus, dans le cadre du futur plan de relance.

GU : Vous faites allusion aux discussions avec les pouvoirs publics pour assouplir encore la réglementation ?

OA : En effet, un plan de relance verte sera d’autant plus vigoureux en France que le mille-feuille administratif se trouvera aminci. Aujourd’hui et à titre de simple illustration, une étude d’impact demeure obligatoire pour installer une ombrière sur un parking. Il faut aussi passer par des appels d’offres pour des projets solaires sur bâtiments de moins de 1 MW. Le seuil actuel de 300 kW, même s’il a été relevé, ne correspond pas aux dimensions optimum des centrales. L’extension du périmètre de l’autoconsommation collective est elle aussi simple à mettre en place. La relance économique et la transition énergétique sont à notre portée.

*EPC, Engineering, procurement & construction : prestataire ingénierie et construction

*PPA : Power purchase agreement, contrat d’achat d’électricité à long terme, de gré à gré