Valorem s’associe à Solaterra et ne compte pas s’arrêter là

Print Friendly, PDF & Email
(@Solaterra)

Se rapprocher des collectivités, des élus, des habitants : c’est le sens qu’il faut donner à l’accord d’exclusivité entre Valorem et le bureau d’études Solaterra. Conclu pour deux ans, il porte sur le co-développement éolien dans les départements du Cher et de l’Indre et s’appuie sur l’expérience d’une équipe de quatre personnes au contact des élus depuis longtemps. Basé à Aubière dans le Puy-de-Dôme, Solaterra a été fondé en 2009 et évalue les ressources locales éolienne, solaire ou de biogaz en associant dès le début les élus et les habitants ; il promeut une gouvernance partagée, y compris financière si possible.

Ce modus operandi rappelle celui du développeur de Besançon Opale EN, par exemple. Fait rare, ...

Solaterra communique aussi sur son site sur les projets abandonnés. « Cette ouverture aux territoires nous convient bien. Dans d’autres régions, nous sommes déjà associés avec des collectivités, des agriculteurs, des riverains. C’est le cas pour le parc éolien de Luzette*”, illustre Bertrand Guidez, directeur du développement EnR de Valorem. Autre avantage, le développeur réduit son apport en fonds propres, qui peuvent être fournis par des collectivités seules ou en association dans des sociétés d’économie mixte ; le tout étant complété par le financement participatif dont Valorem est un des pionniers et un pratiquant systématique. Une limite quand même, à 51% en l’occurrence, car il n’est pas question pour le promoteur de perdre la majorité du capital.

D’autres accords sont recherchés

Le partenariat avec Solaterra possède aussi un motif géographique : le développeur de Bègles, près de Bordeaux, souhaite prospecter plus intensément dans « la diagonale du vide » de l’Hexagone, ces espaces encore peu exploités pour les énergies renouvelables, notamment dans le centre du pays. 

Valorem bénéficie d’une exclusivité sur les projets éoliens étudiés par Solaterra et d’une priorité sur ses projets photovoltaïques. Une extension du partenariat est à l’étude vers d’autres départements explorés par la société d’ingénierie mais il n’est pas question, apparemment, d’intégrer un jour Solaterra dans Valorem. Et même si le développeur aquitain dispose déjà de six agences en France, « nous recherchons d’autres partenaires, dans le même esprit et dans le quart nord-est, le sud… » , signale Bertrand Guidez. Des discussions avec certaines entreprises locales sont bien avancées.

* En production depuis 2016, le parc de sept éoliennes de la Luzette, à cheval sur le Cantal et le Lot, associe, au sein de Luzette Energie, Valorem, les communes de Saint-Saury et Sousceyrac-en-Quercy, la SAS Segala EnR créée par la coopérative agricole Ferme de Figeac et investie par 180 habitants, le tout complété par une collecte en financement participatif.