RTE contraint de revoir sa facture du raccordement de Saint-Brieuc

Print Friendly, PDF & Email
(c) Deme

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a publié le 1er avril une délibération concernant le coût du raccordement du futur parc éolien en mer de Saint-Brieuc. Après avoir fait étudier le devis par un consultant externe, le régulateur de l’énergie demande à RTE de baisser sa facture de l’ordre de 15 M€, soit environ 6%.

Budget cible de 245 M€

En charge du raccordement électrique des parcs éoliens en mer, RTE navigue à vue. Et pour cause, il s’agit d’une première pour le gestionnaire de réseau, inexpérimenté en matière de raccordement offshore. La CRE indique d’ailleurs en avoir tenu compte dans son analyse puisque ...

« les coûts relatifs aux travaux en mer qui n’ont été que partiellement justifiés sont intégrés au budget cible ». En revanche, le régulateur considère que « l’estimation des risques portant sur des travaux sur terre doivent faire l’objet de justifications précises, compte tenu de l’expérience dont RTE dispose en la matière pour les quantifier ». Ce qui explique que « la CRE ne retient pas les risques concernant les travaux sur terre dont les paramètres quantitatifs n’ont été que partiellement justifiés ».

En clair, ce sont sur les travaux à terre que la CRE rabote le budget. De fait, le budget cible de ce projet, y compris les coûts mutualisés, a été fixé par le régulateur à 244,4 M€, contre les 259,1 M€ présentés par RTE. Ce dernier envisage une mise en service du raccordement au troisième trimestre 2023. Pour rappel, Iberdrola a racheté début mars les parts de RES et de la Banque des Territoires, devenant ainsi l’unique actionnaire d’Ailes Marines, la société de projet du parc de Saint-Brieuc.

Cette délibération de la CRE n’est pas une surprise au regard des dernières sorties de son président. Ainsi, à propos du plan d’investissement sur 15 ans présenté par François Brottes en septembre dernier, Jean-François Carenco avait affirmé : « 33 milliards d’euros, c’est trop », et enjoint le président de RTE à faire des efforts en matière de maîtrise des coûts qui, in fine, se répercutent sur la facture des consommateurs au travers du tarif d’utilisation des réseau (Turpe). A noter néanmoins que la facture de Saint-Brieuc est inférieure à celle de Saint-Nazaire, a priori le premier parc éolien en mer qui sera raccordé, qui se monte quant à elle à 285 M€.

  • Retrouvez la délibération de la CRE sur le coût du raccordement du parc éolien en mer de Saint- Brieuc ci-dessous (ou en PDF) :