Les réseaux de chaleur comptent sur le financement participatif

Print Friendly, PDF & Email
(@Réseau-Novae Idex)

« Construire un réseau de chaleur ne pose pas que des problèmes économiques et techniques ; le sujet est aussi psychologique », formule Eric Pourredon, chef du service transition énergétique de la Communauté d’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées, lors d’un exposé au congrès de la Chaleur renouvelable organisé cette semaine à Paris. Cette collectivité a confié à Engie-Cofely la concession d’un grand réseau à faire sortir de terre, de 44 km et 51 M€, l’énergéticien ayant un an pour pré-commercialiser les futures calories auprès des bailleurs sociaux, promoteurs immobiliers, entreprises et des riverains du tracé en général. Parmi les arguments opposés aux vendeurs, beaucoup sont en faveur du gaz (« ça marche, pourquoi changer ? »), des prestataires actuels (« mon plombier est très bien »), ou hostiles aux futurs travaux sur la voirie. Résultat, Engie-Cofely n’a pas encore trouvé beaucoup de clients pour ce chantier d’envergure, signale Eric Pourredon.

« Eviter de sur-rémunérer »

Pour améliorer l’acceptabilité locale de ses projets, la filière des réseaux de chaleur souhaite désormais proposer des formules de financement participatif attractives, avec un bonus ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.