Les EnR sont devenues une valeur défensive pour Pictet

Print Friendly, PDF & Email
(c) Pixabay

Pictet Asset management (400 Mds€ d’actifs sous gestion) investit dans les entreprises de la transition énergétique avec un intérêt marqué pour les technologies de rupture. Après plusieurs années marquées par un désengagement des énergies renouvelables, le groupe suisse a décidé d’y réinvestir, considérant désormais le secteur comme une valeur de portefeuille « défensive ». Il se positionne également sur des sociétés d’efficacité électrique promises, selon lui, à un grand avenir.

Les fondamentaux des EnR

L’intérêt de Pictet Asset management dans les énergies renouvelables (EnR) n’a rien de nouveau. En 2008, les entreprises actives dans le secteur représentaient pas moins de 68% de son portefeuille. Une exposition qui a rapidement décru à 9% au 31 décembre 2012 en raison des coups de frein décidés par les différents gouvernements européens en matière de subventions. Le gestionnaire de fonds a préféré rester prudent ces dernières années mais tient désormais à investir de nouveau dans les entreprises renouvelables. De 14% en 2018, elles représentent désormais 23% du portefeuille du groupe.

Comment expliquer ce retour en grâce ? « Les fondamentaux des énergies renouvelables se sont nettement améliorés. Elles sont désormais plus compétitives que les énergies carbonées, même sans soutien public », estime Xavier Chollet, senior investment manager chez Pictet Asset management, qui n’hésite plus à parler de « valeur défensive ». Le changement de braquet est total pour le fonds suisse qui a décidé d’abandonner...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.