Tout reste à faire dans l’effacement électrique « vert »

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Uniper)

Comme le craignaient les opérateurs spécialisés fin septembre, l’appel d’offres sur les capacités d’effacement de consommation électrique, pour l’année prochaine et pour contribuer à soutenir le réseau en cas de crise, n’a pas dégagé de gros moyens : 770 MW ont été retenus par RTE et la DGEC*, alors que 2,9 GW étaient disponibles en théorie. Le volume est néanmoins en hausse de 31% par rapport à la sélection pour 2019, lors de laquelle seuls 590 MW avaient été gardés pour être aidés financièrement.

En fait, l’AO 2020 retrouve le niveau de 2018 (733 MW). Mais loin de parler d’un nouvel échec, RTE préfère insister sur un effacement désormais 100% « vert », c’est-à-dire ne faisant appel qu’à des diminutions de consommation nettes, non compensées par des groupes électrogènes au diesel, dit effacement « gris ». Comme ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.