Mascara NT (Vergnet) lève 2,2 M€ pour le dessalement écologique de l’eau de mer

Print Friendly, PDF & Email
Vue du conteneur de l’OSMOSUN avec ses cuves et pré-filtres associés (Crédit : Mascara)

Mascara Nouvelles Technologies, société créée en 2014 par Marc Vergnet et Maxime Haudebourg et spécialisée dans le dessalement d’eau de mer écologique, vient de lever 2,2 M€ auprès de 4 investisseurs financiers. L’entreprise se servira de ces fonds pour financer son déploiement commercial et a recruté Quentin Ragetly, un ancien de l’industrie pétro-gazière, au poste de directeur général.

Une dizaine de sites équipés

Le tour de table a été mené par ...

Sofimac Régions et Go Capital, avec la participation également du fonds d’impact Gaia et de la fondation Famae. En plus du déploiement commercial, les fonds serviront à industrialiser la production des machines et à poursuivre les efforts de R&D. Basée à Chartres (Eure-et-Loir), l’entreprise avait réalisé une première levée de fonds, pour un montant non précisé, en 2017.

Cette opération a été en partie permise grâce au retour d’expérience de 18 mois sur deux démonstrateurs installés à Masdar, ville verte d’Abu Dhabi, et Bora Bora (Polynésie française) avec Suez Environnement, d’une capacité respective de 40 et 80 m3/jour. La société indique qu’une dizaine d’autres sites dans le monde ont été équipés, mais ne précise pas lesquels.

Au moins un système de dessalement a été implanté l’année dernière au Mozambique. Dans ce pays, Mascara NT a signé un partenariat avec une autre société créée par Marc Vergnet, Vergnet Hydro, et a collaboré avec Afridev Mati, un groupe local de gestion de l’eau. Le système de dessalement alimente 6 villages (7 200 habitants) de la Province de Gaza. L’offre conjointe Mascara NT/Vergnet Hydro s’adresse dans un premier temps à 8 pays d’Afrique Subsaharienne : le Burkina Faso, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, le Niger, la République Démocratique du Congo et le Sénégal. Le contrat prévoit aussi de tester cette offre globale en Asie, à commencer par le Bangladesh.

Un coût de 0,20 €/m3 traité

Le système de dessalement de Mascara NT repose sur une technologie brevetée d’osmose inversée acceptant une alimentation électrique intermittente, en l’espèce issue de panneaux photovoltaïques. La gamme de capacité des unités de traitement d’eau de mer ou d’eau saumâtre varie de 1 à 300 m3/jour. L’entreprise souhaite se positionner sur les sites isolés ou connectés à des réseaux électriques instables. Mascara indique un coût d’exploitation compris entre 0,15 à 0,20 euros par m3, et des consommations de l’ordre de 1,2 à 1,5 kWh par m3 d’eau dessalinisée. Le prix des installations varie entre 3 000 et 8 000 € par m3 « installés ».