« Les turbiniers asiatiques seront davantage présents d’ici 18 mois » [P. Vié, Capgemini]

Print Friendly, PDF & Email
Philippe Vié, Capgemini

Entretien avec Philippe Vié, directeur du secteur énergie, utilities et chimie de Capgemini –

Senvion en mauvaise posture, GE Renewables de nouveau réorienté, l’un des derniers fabricants français Francéole en liquidation, des temps de développement souvent longs combinés à des appels d’offres destructeurs de marge, avec bientôt des fabricants chinois à l’offensive… Les industriels européens de l’éolien ont-ils plus d’avenir que leurs anciens homologues du photovoltaïque ? Philippe Vié, expert de l’énergie au cabinet de conseil Capgemini, le croit et défend ses arguments.

GreenUnivers : D‘où proviennent les difficultés actuelles du secteur turbinier éolien européen ?

Philippe Vié : Le marché éolien terrestre mondial est devenu plus concurrentiel, avec des prix qui continuent à baisser (légèrement) et surtout des fournisseurs ayant du mal à se différencier. En termes d’investissement, ce marché est stable depuis deux à trois ans et devrait le rester. Quelques « pour cent » sur le prix des turbines peuvent ici faire la différence, même si l’équipement d’un parc éolien ne représente que 30% à 40% de l’investissement total. Dans un marché aussi disputé, les fournisseurs asiatiques proposent des machines moins onéreuses et de qualité croissante. Ils adoptent en ce moment même une stratégie d’exportation offensive, ce qui les amènera encore davantage sur le marché européen d’ici 18 mois à deux ans ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.