SunPower rachète SolarWorld pour produire aux Etats-Unis

Print Friendly, PDF & Email
SolarWorld – Hillsboro
(Crédit : Flickr / Oregon DoT)

SunPower a annoncé l’acquisition de SolarWorld Americas pour un montant non divulgué. Le fabricant de panneaux PV, détenu par Total, utilisera l’usine basée en Oregon pour fabriquer ses modules de série-P. Une opération qui ne manque pas d’ironie puisque SolarWorld a été à l’initiative en 2017, avec Suniva, de la plainte pour dumping qui a conduit l’administration Trump à imposer des barrières douanières aux panneaux photovoltaïques venus de l’étranger, dont ceux de SunPower qui fait tout pour y échapper.

Scission de SolarWorld

Concrètement, SunPower acquiert [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’guest_error=’Please_Subscribe’]la partie américaine de SolarWorld qui comprend quatre lignes de production cumulant 500 MW par an. Le gros des actifs du groupe (1 360 MW) est situé à Freiberg et Arnstadt en Allemagne et détenu par SolarWorld Industries GmbH : la société, reprise en août 2017 par son fondateur Frank Asbeck après une première faillite, a de nouveau déposé le bilan fin mars. La scission doit encore obtenir le feu vert des autorités américaines et allemandes dans les prochains mois.

SunPower explique vouloir « injecter de nouveaux capitaux dans les installations de SolarWorld Americas afin de mettre en œuvre sa technologie de pointe en matière de fabrication de panneaux solaires à haut rendement ». Elle n’indique pas de chiffres précis mais en janvier dernier, elle annonçait avoir gelé un plan d’investissements de 20 M€ aux Etats-Unis pour un projet d’expansion.

Une pierre, deux coups

« Garder ses amis près de soi, et ses ennemis plus proches encore ». Ce dicton conviendrait à merveille à l’opération réalisée par Tom Werner, le PDG de SunPower. Et pour cause, SolarWorld était aux côtés de Suniva pour lancer la procédure anti-dumping sur les panneaux photovoltaïques qui préoccupe tellement la filiale de Total aujourd’hui. Un an plus tard, SolarWorld est racheté par son rival et Suniva s’est déclaré en faillite cette semaine. Les deux principaux acteurs ayant enclenché la procédure dite de la section 201 sont désormais hors-jeu.

Pour SunPower, l’objectif est également de donner des gages de sa volonté de rediriger ses investissements productifs vers les Etats-Unis. Depuis ces derniers mois, son PDG monte au front et promet de créer des nouveaux d’emplois si la Trade Commission accède à sa requête. Cette dernière étudie actuellement son dossier pour une éventuelle exemption de taxes à l’importation. D’aucuns verront à l’inverse dans cette initiative l’anticipation du rejet de sa demande d’exemption. Verdict attendu d’ici fin avril/début mai. [/restrict-content]