Loi mobilité : les mesures attendues pour la recharge électrique

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : EVgo)

Elle est moins sujette à débat que la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), mais elle se fait tout autant attendre. La loi d’orientation des mobilités est censée inscrire le secteur des transports dans la transition énergétique. Le projet de loi est toujours attendu cet automne en Conseil des ministres. Il doit en particulier structurer en France l’infrastructure de recharge des véhicules électriques, et la rendre cohérente à l’heure où les annonces se succèdent à l’image de celle de G2Mobility en juillet ou du plan d’EDF plus récemment.

Le Turpe à la rescousse

Dans un dossier de presse diffusé cet été, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, assurait vouloir « donner une réelle impulsion à nos entreprises pour développer les technologies alternatives aux motorisations essence et diesel ». La fronde actuelle contre le prix des carburants replace justement le sujet au cœur de l’actualité politique. « Cette loi d’orientation s’appuie sur tout ce qui a été discuté lors des Assises de la mobilité l’hiver dernier », rappelle Cécile Goubet, secrétaire générale de l’association Avere France. « Elle devrait contenir des mesures vraiment très importantes pour la mobilité électrique. »

La mesure la plus...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.