La PPE met de l’eau dans le gaz

Print Friendly, PDF & Email

 

Les ONG environnementales ne sont pas les seules à protester contre la tournure prise par la préparation de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie, pour 2023 et 2028. Proposée depuis hier et jusqu’en juin au débat public, la PPE inquiète de plus en plus la filière gazière : « Aux moments les plus froids de cet hiver, l’électricité n’a assuré que 30% des besoins. Le gaz en a couvert plus de 40%. Or l’actuel document de référence sur la PPE, de 167 pages, n’en contient pas une seule sur le gaz en tant que tel. Ce qui ne s’explique que par l’obsession française pour l’électricité », considère Bernard Aulagne, président de Coénove.

Coénove ne pousse pas à la consommation

Cette association regroupe les énergéticiens, industriels et professionnels du gaz. Le plus intéressant est qu’elle ne milite pas pour une augmentation de la consommation de gaz – «  nous sommes sur une trajectoire de baisse de consommation du gaz, de 1,2 à 1,4 % par an », affirme Bernard Aulagne et pas non plus pour une relance de la construction de centrales à gaz pour la pointe de consommation. Ses arguments sont plutôt centrés sur le bâtiment, sur l’amélioration du parc de chaudières et sur l’essor du biométhane. De fait, il s’est encore vendu ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.