Finance verte : Attac met en garde contre le greenwashing [Étude]

Print Friendly, PDF & Email
© Attac

A la veille du One Planet Summit et au moment où neuf des principaux émetteurs industriels
d’obligations vertes (EDF, Enel, Engie, Iberdrola, Icade, Paprec, SNCF Réseau, SSE and TenneT) s’engagent à « être présents à long terme sur le marché » et « à mettre en œuvre des procédures de reporting rigoureuses », l’association Attac s’inquiète du volume et du fléchage réels de ces obligations.

Le marché des green bonds représente seulement 0,1% du marché obligataire international (évalué à 100 000 Mds$ par la Banque des Règlements Internationaux). Les green bonds ont néanmoins atteint le record de 100 Mds$ en novembre et devraient culminer à 130 Mds$ à la fin de l’année. L’OCDE estime que le marché atteindra 5 000 Mds$ d’ici 2035 (avec 700 Mds$ par an) mais que ce ne sera pas suffisant pour respecter l’Accord de Paris.

La France en bonne place

Deuxième pourvoyeur d’obligations vertes après la Chine avec 15 Mds€ émis en 2017, la France compte l’État, Engie, la SNCF et l’Agence française de développement parmi ses plus grands émetteurs d’obligations vertes. Paris Europlace, en charge de promouvoir et développer la Place financière de Paris, place les banques françaises...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.