Un « One Planet Summit » pour quoi faire ?

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
L’éolienne de proximité d’Eolys sur les Champs Elysées, lors de la COP 21 à Paris. (Crédit : Eolys)

Le One Planet Summit organisé par l’Elysée le 12 décembre à Paris est issu de l’alignement au figuré de trois autres « planètes » : le deuxième anniversaire de la COP21 et de l’Accord de Paris, l’occasion historique que le Brexit procure à la place financière tricolore et la disponibilité du leadership géopolitique sur le climat, du fait de la démission des États-Unis. Attention quand même à ne pas trop en attendre, ce sommet ne fait pas formellement partie des négociations multilatérales (lire encadré). Ce rôle est dévolu aux COP (Conferences of the parties) organisées par l’Onu. « Le message principal de ce sommet consiste à montrer que le mouvement des acteurs publics et privés vers la transition énergétique est engagé, avec ou sans les États-Unis, et de le faire en s’appuyant sur les financements », explique Philippe Zaouati, responsable de l’initiative Finance for tomorrow (créée par Paris Europlace pour promouvoir la finance responsable et la place de Paris en la matière) et directeur général de Mirova, filiale dédiée à l’investissement responsable de Natixis Asset Management.

Coalitions

Ce professionnel, qui est aussi le responsable de La République en Marche à Paris, attend ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.