Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 8 septembre

L’appel d’offres censé faire de la métropole dijonnaise une smart city 2e génération a été remporté par un consortium réunissant à 50/50 Citelium (filiale d’EDF spécialisée dans les équipements électriques urbains) et Bouygues, en partenariat avec Capgemini et Suez (gestionnaire de l’eau de Dijon). Le montant du contrat s’élève à 105 M€ sur 12 ans. Au programme : connecter tous les services publics de la ville et transmettre les données recueillies à un centre de gestion et de pilotage à distance.

Le développeur EnR américain Tenaska vient de lever 400 M$ (332 M€) sous la forme d’un green bond. La somme doit servir au refinancement d’un parc de 150 MW, en service depuis avril 2016 en Californie.

Au Danemark, le plus vieux parc éolien offshore du monde a été démantelé. Vindeby (5 MW) avait été mis en service en 1991 par Dong Energy et définitivement arrêté en mars dernier. La piste du repowering partiel ou total avait été évoquée puis écartée.

Les entreprises britanniques captent chaque année 48% des investissements dans les parcs éoliens offshore de leur pays, selon une étude de l’association RenewableUK. L’étude additionne toutes les phases, de la conception à l’exploitation en passant par la construction. Selon le Financial Times, ce rapport vise à contrer la critique récurrente selon laquelle plus de la moitié des sommes investies profiterait aux entreprises étrangères. Pour rappel, 11,5 Mds£ (12,6 Mds€) d’investissements sont prévus d’ici 2021 pour les parcs en mer autour du Royaume-Uni.

Jeudi 7 septembre 

De nouvelles rumeurs ont circulé dans la presse concernant Innogy, la filiale renouvelable de l’énergéticien allemand RWE, cotée en Bourse depuis octobre 2016. Après Engie, Iberdrola a brièvement été présenté comme acheteur potentiel mais le groupe espagnol a rapidement démenti.
Le président du directoire de RWE, Rolf Martin Schmitz, a indiqué il y a plusieurs mois que le management « examin[ait] régulièrement les options stratégiques pour l’entreprise », précisant tout de même que RWE ne pouvait, ni ne souhaitait voir sa participation dans Innogy descendre en dessous de 51%.

Le français Séché Environnement, spécialisé dans les déchets dangereux, va inaugurer en Mayenne le 5 octobre une nouvelle chaudière qui doit couvrir, à terme, 100% des besoins du réseau de chaleur urbain de Laval (40 000 foyers). « Unique en France », selon un porte-parole du groupe, elle produira de l’énergie à partir d’un « combustible solide de récupération » (CSR) fabriqué avec des déchets ménagers non recyclables et impossibles à incinérer en l’état. Ces déchets étaient jusqu’à présent enfouis.

Mercredi 6 septembre 

Nicolas Hulot a présenté aujourd’hui en Conseil des Ministres le projet de loi qui marquera la fin de la production des hydrocarbures d’ici 2040 sur l’ensemble du territoire français, marin comme terrestre. L’effet est essentiellement symbolique – seulement 1% de la consommation pétrolière et gazière en France est couverte par cette production – mais la France fait figure de pionnier et pourrait créer un effet d’entrainement, espèrent les ONG environnementales.

Agrégation : Le norvégien Statkraft et le développeur montpelliérain Valeco viennent de signer un contrat d’achat d’énergie pour 5 ans. Statkraft achètera la production ainsi que les garanties de capacité générées par le futur parc éolien de Prémont situé dans le nord de la France, d’une capacité de 38 MW. Ce contrat pourra être prolongé deux fois pour une durée maximale de 15 ans.

L’Etat récupère 1,4 milliard d’euros en cédant 4,5% d’Engie. Le montant de la cession servira, selon le gouvernement, à abonder le fonds de 10 milliards d’euros annoncé pour financer l’innovation.

En Israël, la start-up Electroad a créé le premier tronçon de route capable de recharger les véhicules électriques, à proximité de Tel Aviv. Concrètement, les châssis des véhicules, grâce à des capteurs, récupèrent le courant électrique créé par des électroaimants et des câbles de cuivre placés sous le bitume. L’innovation, en partie financée par l’Union européenne, devrait permettre de prolonger ce tronçon de route entre l’aéroport de Ramon et la ville d’Eilat.

Mardi 5 septembre

« Sur le nucléaire, on va entrer dans le dur. Des réacteurs vont être fermés. Pas de procrastination », a promis aujourd’hui Emmanuel Macron, en présence de Greenpeace France. Jean-François Julliard, directeur général de l’ONG, a réagi sur Twitter : « Comptez sur nous pour être vigilants et exigeants. La transition vers les renouvelables doit avoir lieu rapidement. »

Electricity Supply Board (ESB), l’homologue irlandais d’EDF, se lance dans l’éolien offshore. Le groupe public lance ainsi un appel d’offres (AO) pour la fourniture de services maritimes dans le secteur de l’éolien en mer. Cet AO cible des parcs de 200 à 500 MW, en priorité en mer d’Irlande.

En Allemagne, la chancelière Angela Merkel ajoute 500 M€ au fonds dédié au développement des transports en commun propres dans les villes, portant ainsi le dispositif à 1 Md€. D’après Reuters, elle a demandé aux industriels d’y contribuer au-delà des 250 millions auxquels ils se sont déjà engagés.

Le ministre danois de l’Energie a annoncé hier que Copenhague et Pékin vont co-construire un centre de tests dédié à l’éolien offshore, basé en Chine.

 

Lundi 4 septembre

En Belgique, l’allemand Heliatek installe ses films PV organiques, souples et semi-transparents, sur les vitres et murs de bâtiments R&D d’Engie, près de Bruxelles. La surface couverte s’élève à 50 mètres carrés, soit 2 300 kWh. Heliatek, dont Engie New Ventures détient 6,6%, va aussi équiper une école à La Rochelle – son premier contrat en France – dans le cadre d’une rénovation de toiture confiée à Engie.

Selon une étude du cabinet RC Components relayée par The Telegraph, 80% des plus grandes villes du monde pourraient répondre à tous leurs besoins énergétiques en couvrant moins de 10% de leur surface de panneaux solaires. Mais « la chose sera plus difficile pour des villes denses et de petite surface comme Paris, où il faudrait plus de 44% de la surface au sol ».

Lors d’une rencontre aujourd’hui à Berlin, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot et son homologue allemand Rainer Baake, « sont convenus de travailler ensemble aux conditions qui permettraient d’expérimenter des appels d’offres en matière d’énergies renouvelable », selon le communiqué du Ministère de la transition écologique et solidaire. Il ont aussi évoqué un projet de réseau transfrontalier intelligent, dans le cadre de l’initiative « Smart border ».